Free Mobile déploie son réseau, toujours pas d'itinérance

jeudi 25 novembre 2010 14h24
 

PARIS (Reuters) - Iliad n'a toujours pas signé d'accord d'itinérance qui lui permette de démarrer son activité de téléphonie mobile en 2012, mais assure que le déploiement de son propre réseau mobile se déroule bien, a déclaré jeudi son directeur général, Maxime Lombardini.

Le fournisseur d'accès à internet, qui a obtenu la quatrième licence française de téléphonie mobile, estime qu'il aura signé un accord d'itinérance de troisième génération (3G) à temps pour lancer Free Mobile en 2012, même s'il n'a pas réussi pour l'instant à démarrer des discussions avec ses concurrents.

Il ajoute que les négociations se poursuivent avec deux concurrents en ce qui concerne l'itinérance en 2G, une technologie de génération antérieure qui permet essentiellement de transmettre la voix et les SMS.

"On discute avec deux concurrents sur la 2G. On n'a rien sur la 3G. On discute avec nos avocats. On se laisse jusqu'à la fin de l'année ou quelques mois de plus (pour décider du meilleur moyen d'action)", a indiqué Maxime Lombardini, lors d'une conférence organisée par l'Essec.

Le directeur général a ajouté que les premières étapes du déploiement de son réseau mobile en propre, c'est-à-dire le repérage des sites pour installer des antennes ainsi que les négociations avec les bailleurs de ces sites, se passaient bien.

"Cette partie se passe bien et on n'a pas de raison d'être inquiet sur le futur", a-t-il déclaré.

Iliad estime qu'il doit installer quelque 10.000 antennes pour couvrir l'ensemble du territoire français, mais le règlement de la quatrième licence fixé par le régulateur des télécoms prévoit un déploiement progressif et la signature d'un accord d'itinérance en 2G à partir de 25% de couverture.

NOUVELLE "BOX"

En attendant le lancement de son activité mobile, Iliad doit faire face, dans le fixe et l'internet (ADSL), à une concurrence accrue dans son secteur, surtout de la part de l'opérateur historique France Télécom qui a annoncé des baisses de prix et le lancement d'un "quadruple play" - fixe, télévision, internet et mobile.   Suite...

 
<p>Maxime Lombardini, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Iliad. Le fournisseur d'acc&egrave;s &agrave; internet n'a toujours pas sign&eacute; d'accord d'itin&eacute;rance qui lui permette de d&eacute;marrer son activit&eacute; de t&eacute;l&eacute;phonie mobile en 2012, mais assure que le d&eacute;ploiement de son propre r&eacute;seau mobile se d&eacute;roule bien. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>