L'Irak est une zone stratégique pour France Télécom

jeudi 25 novembre 2010 12h06
 

PARIS (Reuters) - L'Irak se situe dans une zone stratégique pour le développement de France Télécom, a indiqué jeudi l'opérateur français en réaction à un article du Financial Times le donnant en négociation pour acquérir une participation dans un opérateur mobile irakien.

L'entreprise n'a néanmoins pas confirmé qu'elle est en discussions avec Korek Telecom, troisième opérateur de téléphonie mobile en Irak, comme l'écrit le journal britannique.

"L'Irak se trouve dans une zone d'intérêt stratégique pour France Télécom et dans ce cadre nous étudions l'ensemble des opportunités qui pourraient exister", a indiqué le porte-parole, ajoutant qu'il ne pouvait pas en dire plus à ce stade.

Selon le Financial Times, qui cite des personnes au fait du dossier, l'opération pourrait valoriser l'opérateur irakien à hauteur de 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros).

France Télécom serait intéressé à terme par l'acquisition d'une participation majoritaire dans Korek Telecom, ajoute le FT.

Le groupe français s'est fixé une stratégie qui consiste à renforcer sa présence dans les marchés émergents pour compenser une demande atone et une forte concurrence en Europe.

L'objectif de France Télécom est de doubler ses revenus sur ces marchés d'ici 2015, en mettant l'accent sur l'Afrique et le Moyen-Orient.

Fin septembre, il a annoncé la signature d'un protocole d'accord en vue d'acquérir 40% de Médi Télécom (Meditel), deuxième opérateur télécoms marocain, pour 640 millions d'euros.

Fondé en 2000, Korek Telecom compte aujourd'hui trois millions de clients, ce qui le place en troisième position sur le marché irakien derrière deux groupes de plus grande taille, Zain et Asia Cell.

Gwénaëlle Barzic et Julien Ponthus, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>L'Irak se situe dans une zone strat&eacute;gique pour le d&eacute;veloppement de France T&eacute;l&eacute;com, indique l'op&eacute;rateur fran&ccedil;ais en r&eacute;action &agrave; un article du Financial Times le donnant en n&eacute;gociation pour acqu&eacute;rir une participation dans un op&eacute;rateur mobile irakien. L'entreprise n'a n&eacute;anmoins pas confirm&eacute; qu'elle est en discussions avec Korek Telecom, troisi&egrave;me op&eacute;rateur de t&eacute;l&eacute;phonie mobile en Irak, comme l'&eacute;crit le journal britannique. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>