Une Chinoise condamnée pour un message publié sur Twitter

vendredi 19 novembre 2010 11h57
 

PEKIN (Reuters) - Une Chinoise qui avait placé sur Twitter un message satirique appelant les internautes à s'en prendre au pavillon japonais de l'exposition de Shanghaï a été condamnée lundi à un an de travaux d'intérêt général pour "trouble à l'ordre social", rapporte Amnesty International.

Cheng Jianping, qui utilise comme pseudo Wang Yi, avait reproduit un message de son fiancé qui se moquait des Chinois qui avaient détruit de la nourriture japonaise lors de manifestations anti-japonaises en Chine sur fond de querelles territoriales entre les deux puissances économiques d'Asie.

"Les manifestations anti-japonaises, la destruction de produits japonais, tout ça a été fait il y a des années. Ce n'est pas nouveau. Si vous voulez vraiment que ça bouge, allez à Shanghaï et détruisez le pavillon japonais de l'exposition", disait le premier message, republié par trois internautes.

Dans un communiqué, Amnesty International écrit que "Cheng pourrait être la première citoyenne chinoise à devenir prisonnier d'opinion sur la base d'un simple tweet".

"Condamner quelqu'un à un an de travaux d'intérêt général, sans procès, pour la simple répétition d'observations manifestement satiriques émises par une autre personne, montre le degré de répression de l'expression sur la toile en Chine", a déclaré Sam Zarifi, directeur d'Amnesty pour l'Asie Pacifique.

L'accès à Twitter est bloqué en Chine mais les internautes peuvent s'y rendre en utilisant un réseau privé virtuel (VPN).

Michael Martina, Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser