Telefonica fait moins bien que prévu sur neuf mois

jeudi 11 novembre 2010 09h54
 

MADRID (Reuters) - L'opérateur télécoms espagnol Telefonica a publié jeudi un bénéfice net moins élevé que prévu pour les neuf premiers mois de l'exercice 2010, la faiblesse de sa performance en Espagne ayant éclipsé la réévaluation comptable de sa filiale brésilienne Vivo.

Le géant espagnol a dégagé un bénéfice net de 8,84 milliards d'euros sur neuf mois, pour un chiffre d'affaires en hausse de 6% à 44,28 milliards d'euros, alors que les analystes interrogés par Reuters anticipaient un profit de 9,19 milliards pour une croissance de 5,8% du chiffre d'affaires.

Telefonica a dit que son activité en Espagne avait réalisé au troisième trimestre une plus mauvaise performance que sur le reste de l'année en raison d'un environnement économique et concurrentiel difficile. En Espagne, son chiffre d'affaires a d'ailleurs reculé de 4,2% pour les neufs premiers mois de l'année par rapport à l'an dernier.

Les résultats du premier groupe de télécoms de la zone euro ont en revanche bénéficié sa décision de réévaluer sa filiale Vivo après son rachat de la participation détenue par Portugal Telecom dans l'opérateur brésilien de téléphonie mobile.

Cette réévaluation a permis à Telefonica d'enregistrer un gain exceptionnel de 3,5 milliards d'euros, ce qui devrait permettre à l'opérateur d'atteindre cette année son objectif de bénéfice, considéré jusqu'ici comme très ambitieux.

Telefonica a également confirmé ses prévisions de dividende et de bénéfices pour 2012.

Le titre cédait 1,9% à 17,95 euros en début de matinée à la Bourse de Madrid, alors qu'au même moment l'indice Stoxx sectoriel reculait de 0,38%.

Elizabeth O'Leary, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>L'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms espagnol Telefonica publie un b&eacute;n&eacute;fice net moins &eacute;lev&eacute; que pr&eacute;vu pour les neuf premiers mois de l'exercice 2010, la faiblesse de sa performance en Espagne ayant &eacute;clips&eacute; la r&eacute;&eacute;valuation comptable de sa filiale br&eacute;silienne Vivo. /Photo d'archives/REUTERS/Susana Vera</p>