Vodafone relève sa prévision et poursuit ses cessions

mardi 9 novembre 2010 13h29
 

LONDRES (Reuters) - Le britannique Vodafone, numéro un mondial de la téléphonie mobile, a relevé mardi sa prévision de résultat annuel et annoncé la vente de ses intérêts dans le japonais Softbank pour 3,1 milliards de livres (3,6 milliards d'euros).

Vodafone, qui a vendu en septembre sa participation de 3,2% dans China Mobile pour 4,3 milliards de livres, précise qu'il poursuivra ses cessions de participations dans des sociétés qu'il ne contrôle pas.

La progression du processus de vente des actifs détenus par Vodafone, ainsi que les bons résultats du premier semestre, ont été salués par les analystes et ont fait progresser le titre Vodafone en Bourse.

Celui-ci a par la suite effacé une partie de ses gains. Alors qu'en début de matinée, l'action gagnait 1,7% à 178 pence à la Bourse de Londres, elle ne prenait plus que 0,2% à 175,35 pence peu avant 11h30 GMT.

L'action Vodafone a gagné plus de 16% depuis l'annonce par le groupe en juillet de son intention de publier une mise au point sur sa stratégie.

Certains actionnaires de l'opérateur ne voient pas d'un bon oeil les nombreuses participations minoritaires détenues par le groupe. Ils estiment que cela affecte sa valeur globale.

Le directeur général du groupe, Vittorio Colao, explique dans un communiqué que la nouvelle stratégie de Vodafone vise à "réaliser de la valeur supplémentaire à partir d'actifs dont il n'a pas le contrôle et à tirer le plein avantage des opportunités de croissance les plus intéressantes qui se présenteront dans le domaine des télécommunications".

VERS UNE CESSION DES 44% DE SFR

Les analystes prévoient que les prochaines cessions de Vodafone porteront sur sa part de 44% dans SFR, sa coentreprise avec Vivendi, et celle de presque 25% dans le polonais Polkomtel.   Suite...

 
<p>Le britannique Vodafone, num&eacute;ro un mondial de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile, rel&egrave;ve sa pr&eacute;vision de r&eacute;sultat annuel et annonce la vente de ses int&eacute;r&ecirc;ts dans le japonais Softbank pour 3,1 milliards de livres (3,6 milliards d'euros). /Photo d'archives/REUTERS/Kevin Coombs</p>