Avec son site payant, le Times a perdu moins d'abonnés que prévu

mardi 2 novembre 2010 17h12
 

LONDRES (Reuters) - Le quotidien britannique Times, propriété du groupe News Corp, a perdu moins de 90% de son lectorat sur internet en adoptant un modèle payant pour son site, alors qu'il s'attendait à ce que cette proportion de lecteurs le désertent.

Le Times procède à un essai en rendant son site payant pour trois mois et le secteur, en proie à la baisse des abonnements et des revenus publicitaires, suit de près cette opération.

Le rédacteur en chef du quotidien, Tim Harding, était interrogé mardi sur BBC Radio. Prié de dire si l'audience du site avait diminué de 90%, comme le journal s'y attendait, il a répondu "moins que ça".

Selon News International, la branche britannique de l'empire médiatique News Corp, les sites du Times, du Sunday Times et l'application du journal pour iPad ont jusqu'à présent attiré plus de 105.000 lecteurs payants.

Environ 100.000 autres, abonnés à l'édition papier et ayant donc droit gratuitement à la version en ligne, ont activé leur compte.

Le Financial Times, propriété du groupe Pearson, a fait état de 189.000 abonnés payants pour le troisième trimestre, soit une hausse de 50% depuis le début de l'année 2010, en partie liée au lancement de l'application iPad.

"Le secteur est toujours en phase d'exploration du modèle payant, et l'ampleur du succès doit encore être évaluée. Nous nous attendons à voir encore de nombreuses adaptations de ce modèle", a déclaré Matt Dodd, du cabinet d'analyse Nielsen.

Tout comme le Wall Street Journal de News Corp, le Financial Times a toujours eu un site internet en accès payant.

Le New York Times prévoit de rendre son site payant l'année prochaine à partir d'un certain nombre d'articles lus.

Georgina Prodhan, Gregory Schwartz pour le service français