1 novembre 2010 / 14:49 / dans 7 ans

Début d'un procès haut en couleur entre Oracle et SAP

<p>Larry Ellison, co-fondateur et patron d'Oracle. Le proc&egrave;s entre le groupe et SAP, premier &eacute;diteur de logiciels europ&eacute;en, pour une affaire de propri&eacute;t&eacute; intellectuelle s'ouvre ce lundi. /Photo prise le 22 septembre 2010/REUTERS/Robert Galbraith</p>

par Jim Finkle

SAN FRANCISCO (Reuters) - Larry Ellison, co-fondateur et patron d‘Oracle, aura attendu deux ans et demi avant de pouvoir traîner son rival de toujours SAP devant les tribunaux pour une affaire de propriété intellectuelle.

Oracle attaque également Hewlett-Packard pour avoir choisi en septembre comme directeur général Leo Apotheker, l‘ex-président du directoire de SAP.

Ellison affirme qu‘Apotheker a joué un rôle-clé dans cette affaire, dont le procès débute ce lundi.

SAP, premier éditeur européen de logiciels, et HP ont rapidement volé au secours d‘Apotheker.

HP, n°1 mondial de l‘informatique par le chiffre d‘affaires, et Oracle, n°1 mondial des concepteurs de logiciels indépendants, étaient des associés aux liens étroits il y a encore trois mois.

Le torchon a rapidement brûlé entre les deux groupes à la suite de divers remaniements qui ont commencé début août. HP a “remercié” son directeur général Mark Hurd, qui un est un grand ami d‘Ellison. HP a accusé Hurd d‘avoir falsifié des comptes rendus de dépenses pour dissimuler ses liens avec une relation d‘affaires féminine.

Oracle a ensuite embauché Hurd à un poste de responsabilité. HP a répliqué en nommant Apotheker directeur général - ce dernier prenant ses fonctions précisément ce lundi - ce qui a rendu Ellison furieux.

Même si les rivalités et amitiés jouent un rôle non négligeable dans l‘industrie high tech, il est rare que les alliances se défassent aussi brutalement et dans un climat aussi tendu.

“C‘est devenu une question de personnes, absolument, et ça ne va pas s‘arrêter là”, commente Howard Anderson, maître de conférence au MIT.

WASHINGTON SUIT L‘AFFAIRE

SAP a admis avoir mal agi en téléchargeant indûment des dossiers provenant d‘un site de service après vente d‘Oracle.

Cela veut dire que le procès se limitera à fixer le montant des dommages et intérêts. SAP pense qu‘ils atteindront quelques dizaines de millions de dollars.

Oracle estime lui que SAP devrait régler une “ardoise” de plus de deux milliards de dollars.

Quoi qu‘il en soit, ces dommages n‘auront pas de répercussion notable sur les comptes de SAP ou d‘Oracle, ces derniers réalisant des milliards de dollars de chiffre d‘affaires annuel, estiment des analystes.

SAP a déjà constitué une provision de 160 millions de dollars pour cette affaire et l‘augmentera sans doute en conséquence si nécessaire au terme du procès.

Le gouvernement américain a ouvert une enquête sur ce dossier et suivra sans doute le procès de près. Washington n‘a donné aucune précision sur cette enquête. SAP avait dévoilé l‘existence d‘une enquête au pénal en juillet 2007.

Une porte-parole de HP n‘a pas dit si Apotheker travaillerait dans le périmètre de la Silicon Valley durant le procès, ce qui permettrait à Oracle de le faire convoquer à la barre des témoins.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below