Ericsson en forte hausse après un 3e trimestre favorable

vendredi 22 octobre 2010 17h19
 

par Simon Johnson

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a fait état vendredi de résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce à de très rentables modernisations de réseaux, tout en précisant que son chiffre d'affaires avait été affecté par une pénurie de composants.

Vers 9h00 GMT, le titre du groupe suédois, premier équipementier mondial pour réseaux mobiles, bondissait de 5,49% à 75,85 couronnes à la Bourse de Stockholm alors que l'indice regroupant les valeurs technologiques européennes avançait de 0,72%.

Dans son ensemble, l'environnement n'est guère porteur pour les équipementiers télécoms, les opérateurs restant pour l'instant surtout préoccupés par la compression des coûts.

Et, à ce jour, la forte hausse du trafic des données induite par le succès des smartphones ne s'est pas encore traduite par un encombrement des réseaux, ce qui constitue une autre raison pour les opérateurs de ne pas investir pour l'heure dans de nouveaux équipements.

A ces facteurs s'ajoute une pénurie de composants qui a, selon Ericsson, amputé le chiffre d'affaires du troisième trimestre de deux à trois milliards de couronnes ainsi qu'un renchérissement de la devise suédoise.

Le bénéfice d'exploitation hors co-entreprises d'Ericsson est ressorti à 6,2 milliards de couronnes (668 millions d'euros) sur le troisième trimestre, contre 5,5 milliards il y a un an et un consensus des analystes interrogés par Reuters de 5,5 milliards également.

"Ce sont des chiffres très positifs, avec notamment une marge brute à 39%. Comme Ericsson a plutôt eu mauvaise presse ces derniers temps, ces données sont bien accueillies", a souligné Nicolas Van Stackelberg, analyste chez Macquarie Research.

C.A. TOUCHÉ PAR DES PÉNURIES   Suite...

 
<p>Hans Vestberg, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Ericsson. Le groupe su&eacute;dois fait &eacute;tat de r&eacute;sultats trimestriels sup&eacute;rieurs aux attentes gr&acirc;ce &agrave; de tr&egrave;s rentables modernisations de r&eacute;seaux mobiles./Photo prise le 22 octobre 2010/REUTERS/Bertil Ericson/Scanpix</p>