Une étude conseille le streaming musical aux opérateurs mobiles

lundi 18 octobre 2010 14h58
 

FRANCFORT (Reuters) - Les opérateurs mobiles feraient bien de remiser leurs kiosques de téléchargement de musique et nouer des partenariats dans le 'streaming' pour accroître leurs revenus et fidéliser leurs clients, selon une étude publiée lundi.

Un opérateur-type d'Europe de l'Ouest, avec 20 millions d'abonnés, pourrait dégager 77,7 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire par an grâce à la lecture de musique en flux continu, selon le cabinet Informa Telecoms & Media.

A l'inverse du téléchargement, la lecture en flux continu se fait à partir de plusieurs sites et ne permet pas de stocker les morceaux écoutés.

Ce service permettrait d'attirer de nouveaux clients, d'augmenter le trafic de données et les ventes de smartphones et de limiter les désabonnements, soutenant ainsi les ventes du groupe.

"Notre étude montre qu'un grand opérateur d'Europe occidentale pourrait dégager plusieurs millions de chiffre d'affaires chaque année en signant un partenariat avec un service musical tiers, sensiblement plus qu'en proposant sa propre offre", affirme Giles Cottle, analyste chez Informa.

Les opérateurs mobiles et les fabricants de combinés, comme le leader mondial Nokia, ont développé des offres de téléchargement de musique afin de fidéliser les consommateurs et d'augmenter leurs ventes face à la domination du kiosque iTunes d'Apple.

"La plupart des services de téléchargement musicaux lancés par les opérateurs ces dernières années n'ont pas tenu leurs promesses", estime Adrian Blair, responsable du développement en Europe du service de streaming musical en ligne Spotify, basé à Stockholm.

L'étude cite les expérimentations réussies du danois TDC, du sud-coréen SK Telecom ou du suédois TeliaSonera qui ont, soit développé leur propre service de streaming, soit, comme TeliaSonera, noué un partenariat avec Spotify.

Ce type d'accord pourrait aussi permettre à ces sites musicaux, comme Pandora, Rhapsody ou Deezer, de trouver enfin un modèle économique viable. Comptant des millions d'utilisateurs, ces services reposent généralement sur la gratuité et la publicité, ou bien, de plus en plus, sur un système d'abonnement.

Fin août, Deezer, numéro un français de la diffusion de musique sur internet, s'est allié à Orange pour donner un nouveau souffle à ses abonnements payants.

Nicola Leske, Jean Décotte pour le service français, édité par Danielle Rouquié

 
<p>Les op&eacute;rateurs mobiles feraient bien de remiser leurs kiosques de t&eacute;l&eacute;chargement de musique et nouer des partenariats dans le 'streaming' pour accro&icirc;tre leurs revenus et fid&eacute;liser leurs clients, selon une &eacute;tude publi&eacute;e lundi. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea</p>