Sony Ericsson prévoit un rebond au 4e trimestre

vendredi 15 octobre 2010 13h18
 

par Simon Johnson et Tarmo Virki

STOCKHOLM/HELSINKI (Reuters) - Sony Ericsson estime que les volumes devraient augmenter à l'approche des fêtes de fin d'année après avoir fait état vendredi de livraisons et d'un bénéfice du troisième trimestre qu'il juge avoir été freinés par une pénurie de pièces.

Le fabricant de combinés téléphoniques mobiles compte sur les smartphones pour augmenter son bénéfice mais la concurrence est rude sur ce segment.

Pour autant son investissement dans les smartphones, couplé à une réduction des coûts, a payé puisqu'il ressort avec un trimestre bénéficiaire après sept trimestres d'affilée dans le rouge.

La pénurie de pièces a toutefois eu un impact sur le chiffre d'affaires. Celui-ci est inchangé à 1,6 milliard d'euros, par rapport à la période comparable de 2009, mais en recul vis-à-vis des 1,76 milliard d'euros du deuxième trimestre. Il est enfin en retrait par rapport à un consensus qui le donnait à 1,8 milliard d'euros.

"Il y a eu pénurie d'écrans LCD et de circuits imprimés sur le marché; je ne dirais pas qu'il y a eu une baisse de la demande", a expliqué le directeur général Bert Nordberg, ajoutant: "Je compte sur des volumes plus élevés au quatrième trimestre, sur un rebond".

Nokia, le leader du marché, avait prévenu que cette pénurie de composants était un problème pour le secteur. L'équipementier Ericsson avait dit pour sa part que son chiffre d'affaires du deuxième trimestre avait souffert de la concurrence sur les pièces détachées de base.

Nokia publie ses comptes le 21 octobre et Ericsson le jour suivant.

Sony Ericsson a livré 10,4 millions de combinés durant la période, soit moins que ce qu'attendaient les analystes interrogés par Reuters, dont les projections variaient de 10,5 à 13,9 millions d'unités.   Suite...

 
<p>Sony Ericsson a r&eacute;alis&eacute; au troisi&egrave;me trimestre un b&eacute;n&eacute;fice imposable de 62 millions d'euros, inf&eacute;rieur au consensus et pr&eacute;voit toujours &agrave; une modeste croissance du march&eacute; des combin&eacute;s cette ann&eacute;e. /Photo prise le 15 f&eacute;vrier 2010/REUTERS/Albert Gea</p>