Le tout-payant sur lefigaro.fr serait une "folie", dit Mougeotte

mardi 12 octobre 2010 16h51
 

PARIS (Reuters) - Faire payer l'accès à l'intégralité du figaro.fr serait une "folie", notamment au vu d'une "très forte" hausse des recettes publicitaires du site, a déclaré mardi Etienne Mougeotte, directeur des rédactions du Figaro.

Le quotidien, qui publie une partie de son contenu en accès libre sur internet, prévoit pour cette année une hausse sensible de ses recettes publicitaires totales, qui avaient avoisiné 200 millions d'euros en 2009, a également précisé Etienne Mougeotte, lors d'un déjeuner organisé par l'Association des journalistes médias (AJM).

"Ce serait une folie que de suivre l'exemple du Times et de tout faire passer au payant", a-t-il dit, faisant référence au quotidien britannique qui facture l'accès aux articles de son site www.thetimes.co.uk/tto/news/.

Il a toutefois dit regarder avec beaucoup d'intérêt l'expérience du Times, propriété de News Corp, le groupe du magnat de la presse Rupert Murdoch.

"Vous m'auriez posé la question il y a un an, je vous aurais dit: on va aller plein pot vers le payant", a-t-il ajouté. "Un an après, on est beaucoup plus circonspect et je pense qu'on ne peut vendre sur internet que de l'information à très haute valeur ajoutée."

L'ancien dirigeant de TF1 a dit compter notamment sur les tablettes numériques comme l'iPad d'Apple, qu'il juge plus facile à utiliser qu'un ordinateur pour le lectorat du Figaro, dont la moyenne d'âge dépasse 50 ans. Il fait état de 100.000 téléchargements de l'application du Figaro sur l'iPad.

"On a l'espoir que la tablette va (...) réhabituer les gens à payer. Ils se sont habitués à avoir tout gratuit et quand ce n'est pas gratuit, on le vole - on le télécharge", a-t-il estimé.

Etienne Mougeotte s'est dit confiant sur la volonté des éditeurs de presse de s'entendre sur la création d'un kiosque numérique qui leur permettrait de vendre l'accès à leur site à des aggrégateurs, comme Google Actualités, qu'il a qualifiés de "pilleurs".

Cyril Altmeyer et Gwenaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Pour Etienne Mougeotte, directeur des r&eacute;dactions du Figaro, faire payer l'acc&egrave;s &agrave; l'int&eacute;gralit&eacute; du figaro.fr serait une "folie", notamment au vu d'une "tr&egrave;s forte" hausse des recettes publicitaires du site. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>