11 octobre 2010 / 13:38 / dans 7 ans

Consolidation en vue pour les jeux vidéo sur réseaux sociaux

par Alex Dobuzinskis

LOS ANGELES (Reuters) - Le secteur des jeux vidéo destinés aux réseaux sociaux se prépare à une nouvelle vague d‘acquisitions et de fusions, et des sociétés comme Zynga ou Crowdstar pourraient devenir des proies pour des mastodontes tels que Google, News Corp ou Viacom.

Les jeux sur les réseaux sociaux en ligne comme Facebook ou Myspace sont la plupart du temps proposés gratuitement, plus rarement par abonnement. Ils visent un public plus large que les jeux traditionnels et reposent sur un modèle économique basé sur l‘achat de biens virtuels à l‘intérieur des jeux.

Selon le cabinet d’études Nielsen, ces jeux ont ravi en juin au courrier électronique la deuxième place en termes d‘usage auprès des internautes américains.

Cette croissance spectaculaire incite un nombre croissant d‘entreprises à tenter d’étendre leur présence sur le web en ciblant les leaders du secteur tels que Crowdstar et Kabam.

“La vérité, c‘est que tout le monde discute avec tout le monde, chaque acheteur potentiel discute sans doute avec toutes les sociétés de jeux en ligne”, a déclaré Tim Chang, directeur de la société de capital-investissement Norwest Venture Partners, actionnaire de Playdom.

Microsoft pourrait acquérir une société de jeu en ligne pour améliorer l‘offre sur internet de sa console de jeu vidéo Xbox, ont déclaré des dirigeants d‘entreprises.

Pour les cibles potentielles, de tels rapprochements auraient l‘avantage de réduire leur dépendance à une seule plate-forme, d‘autant que Facebook a renforcé cette année ses outils de protection de la vie privée, ce qui complique la tâche aux utilisateurs souhaitant se vanter de leurs exploits virtuels auprès de leurs contacts.

Disney a racheté Playdom en juillet pour 563,2 millions de dollars. En novembre dernier, l’éditeur de jeux vidéo traditionnels Electronic Arts Inc avait conclu l‘acquisition de Playfish, un développeur de jeux en ligne, pour un montant susceptible d‘atteindre 400 millions de dollars.

BONNE FORMULE

Une éventuelle diversification de Google dans les jeux vidéo pour réseaux sociaux suscite de nombreuses spéculations. Comme Microsoft ou Yahoo, le géant de la recherche sur internet cherche à construire son propre site communautaire mais il peine à trouver la bonne formule. Un jeu vidéo en ligne populaire pourrait l‘aider à attirer des millions d‘utilisateurs.

Environ 30% des utilisateurs de Facebook jouent actuellement à des jeux en ligne comme Farmville ou Mafia Wars qui, à la différence des jeux traditionnels, nécessitent une interaction avec d‘autres joueurs en réseau.

Ces deux jeux représentent ensemble un chiffre d‘affaires de 1,6 milliard de dollars par an grâce à la vente de biens virtuels comme des vêtements, des armes ou des services.

Certains analystes estiment que les groupes de médias vont faire leur incursion dans ce secteur pour capter un nouveau public et compenser la croissance plus faible de leurs activités traditionnelles, comme la vente de DVD et d‘espaces publicitaires.

“Ces gens ont subi il y a quelques années une baisse énorme de la publicité dans leur domaine”, a déclaré Maha Ibrahim, un partenaire du fonds d‘investissement Canaan Partners.

“Se diversifier en allant vers cette activité qui ne dépend pas de la publicité mais des biens vendus et, dans certains cas, des modèles par abonnement, est très attractif”, a-t-il ajouté.

Les niveaux de valorisation élevés risquent cependant de décourager certains acheteurs: Zynga, le numéro un du secteur, est valorisé par les analystes entre trois et cinq milliards de dollars.

Selon le cabinet Inside Network, cet éditeur attire en moyenne 223 millions d‘utilisateurs par mois sur internet, tandis que son plus proche concurrent Crowdstar réunit environ 58 millions d‘internautes par mois.

D‘après un analyste de Wedbush Securities, Zynga réalise un chiffre d‘affaires annuel de 600 millions de dollars contre 50 millions pour Crowdstar.

Alex Dobuzinskis, Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below