Microsoft lance Windows Phone face à Apple, Google et RIM

lundi 11 octobre 2010 17h37
 

par Bill Rigby

SEATTLE/NEW YORK (Reuters) - Microsoft a présenté lundi une nouvelle gamme de téléphones portables équipés de son système d'exploitation Windows Phone pour tenter de reprendre la main sur le segment des "smartphones", largement dominé par l'iPhone d'Apple et les combinés fonctionnant sous le système Android de Google.

Le premier éditeur mondial de logiciels espère que les nouveaux combinés fabriqués par Samsung, LG et HTC et Dell lui permettront de reconquérir des parts de marché dans les smartphones. Mais nombre analystes doutent de ses chances de succès.

Or ce segment en forte croissance est jugé stratégique pour le secteur de l'informatique.

Les nouveaux modèles sous Windows Phone sont dotés d'écrans tactiles, d'outils d'accès au courrier électronique, à internet, à la musique ainsi que de diverses applications.

"J'attendais ce jour avec impatience", a déclaré Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, en présentant neuf modèles de téléphones à l'occasion du lancement du nouveau système d'exploitation du groupe à New York.

Le dirigeant de Microsoft, qui a reconnu que son groupe avait raté le virage des smartphones à écran tactile, a précisé que les nouveaux combinés seraient disponibles chez 60 opérateurs télécoms dans 30 pays.

Aux Etats-Unis, le premier modèle sera disponible le 8 novembre en exclusivité chez l'opérateur américain AT&T pour la somme de 200 dollars (150 euros).

En France, Microsoft a conclu un accord de distribution avec Orange (groupe France Télécom), qui commercialisera plusieurs des nouveaux modèles à partir de fin octobre.   Suite...

 
<p>Microsoft va d&eacute;voiler une gamme de t&eacute;l&eacute;phones mobiles &eacute;quip&eacute;s de son nouveau syst&egrave;me d'exploitation Windows Phone afin de reprendre la main sur le segment des smartphones domin&eacute; par l'iPhone d'Apple et les combin&eacute;s fonctionnant sous le syst&egrave;me Android de Google. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>