Le Nobel traduit la peur de l'Occident, dit la presse chinoise

lundi 11 octobre 2010 07h30
 

par Chris Buckley

PEKIN (Reuters) - L'attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo traduit l'inquiétude des pays occidentaux face à la puissance croissante de la Chine, affirment lundi les journaux chinois.

Les autorités chinoises ont exprimé leur colère vendredi après la décision du comité Nobel, qu'elles ont qualifiée d'"obscénité".

Pour les médias contrôlés par le gouvernement, les pays occidentaux sont pleins de préjugés et ne parviennent pas à se faire à l'idée que la Chine rivalise avec eux sur les plans économique et diplomatique.

"L'attribution du prix Nobel de la paix au 'dissident' Liu Xiaobo n'est rien d'autre qu'une expression supplémentaire de ces préjugés, derrière lesquels se cache la crainte extraordinaire que leur inspire l'essor de la Chine et du modèle chinois", écrit le Global Times, un journal populaire en mandarin, fer de lance des critiques contre ce prix Nobel.

Dans un éditorial, ce journal ajoute que si la Chine se dotait d'un système démocratique multipartite tel que le préconise Liu, alors "le sort de la Chine ne serait probablement pas meilleur que celui de l'Union soviétique ou de la Yougoslavie et le pays se serait probablement rapidement effondré".

HUMOUR NOIR

Agé de 54 ans, Liu a participé au mouvement étudiant en faveur de la démocratie réprimé dans le sang place Tiananmen en 1989. Il a été régulièrement emprisonné depuis en raison de sa campagne en faveur de la liberté d'opinion. Il est actuellement détenu .

Son avocat, Shang Baojun, a dit à Reuters qu'il n'avait pas pu entrer en contact avec la femme du prix Nobel de la paix 2010, Liu Xia.   Suite...