Nicolas Sarkozy défend le dispositif Hadopi devant des lycéens

mardi 5 octobre 2010 15h00
 

SAVIGNY-SUR-ORGE, Essonne (Reuters) - Nicolas Sarkozy a défendu mardi devant des lycéens le dispositif Hadopi de lutte contre le piratage des oeuvres culturelles sur internet, soulignant qu'il s'agissait de protéger la création et son équilibre économique.

"Quand un créateur crée une chanson, une musique, un film un livre, il est protégé, ça lui appartient, il doit être respecté et on ne lui vole pas", a-t-il dit lors d'une visite au lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge, dans l'Essonne.

"Mon rôle, comme celui du ministre de la Culture, c'est de défendre la création, sa liberté, bien sûr, mais aussi son équilibre économique, sinon il n'y a plus un film qui se montera, sinon il n'y a plus une maison d'édition qui publiera un livre", a ajouté le chef de l'Etat.

Ce déplacement en banlieue-sud de Paris a été organisé au dernier moment et en toute discrétion par l'Elysée, qui ne l'a pas annoncé par avance, en plein bras de fer avec les syndicats à propos de la réforme des retraites.

Présent dans le lycée à l'invitation des ministères de l'Education nationale et de la Culture, l'acteur Gérard Jugnot a confié ne pas avoir été averti de la venue du président de la République.

Nicolas Sarkozy voulait marquer ainsi le lancement de Ciné Lycée, une vidéothèque en ligne de grands classiques du 7e art dont la création avait été annoncée l'an passé dans le cadre de la réforme des lycées.

Il est intervenu au moment ou Hadopi (la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet), opérationnelle depuis cet été, vient d'adresser ses premiers courriels d'avertissement aux internautes coupables de téléchargement illégal d'oeuvres.

"Je sais bien qu'on se construit, qu'on s'émancipe en tutoyant la règle, parfois en la débordant, mais le jour où il n'y a plus de règle, il n'y a plus de construction", a encore dit Nicolas Sarkozy à l'adresse de son jeune public.

"Je ne laisserai pas détruire le livre, je ne laisserai pas détruire le disque, je ne laisserai pas détruire le cinéma, c'est trop important pour notre pays", a-t-il ajouté.   Suite...