October 4, 2010 / 2:10 PM / 7 years ago

France Télécom devra défendre son "quad play" face au régulateur

3 MINUTES DE LECTURE

<p>L'Autorit&eacute; fran&ccedil;aise de la concurrence pense auditionner prochainement France T&eacute;l&eacute;com concernant sa nouvelle offre "quadruple play", combinant t&eacute;l&eacute;phonie fixe, mobile, internet et t&eacute;l&eacute;vision, et a pr&eacute;cis&eacute; lundi avoir ouvert une enqu&ecirc;te formelle pour d&eacute;terminer si elle repr&eacute;sente d'&eacute;ventuels risques pour la concurrence. /Photo d'archives/R&eacute;gis Duvignau</p>

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - L'Autorité française de la concurrence pense auditionner prochainement France Télécom concernant sa nouvelle offre "quadruple play" et a précisé lundi avoir ouvert une enquête formelle pour déterminer si elle représente d'éventuels risques pour la concurrence.

Interrogée par Reuters, l'Autorité a reconnu être en phase de "pré-contentieux" par rapport à cette offre Open multiservices - combinant téléphonie fixe, mobile, internet et télévision - lancée en septembre par France Télécom.

L'Autorité a été alertée par des concurrents de France Télécom essentiellement sur les obligations contractuelles de durée - de 12 à 24 mois - prévues dans l'offre Open, ont déclaré à Reuters des sources du secteur.

"L'Autorité aimerait qu'Orange prenne des engagements sans être obligée d'enclencher une action officielle contre eux. Ils ont convoqué Orange pour cette semaine", a déclaré à Reuters une des sources.

France Télécom n'était pas en mesure de commenter ces informations dans l'immédiat.

Parmi les concurrents de l'opérateur historique, Bouygues Telecom a lancé le premier "quadruple play" français, baptisé Ideo, en mai 2009, tandis que SFR a opté pour la commercialisation d'offres multiservices sur mesure, nommées "multi-packs".

Les deux challengers n'ont pas inclus dans ces offres de durée de souscription, s'exposant ainsi en théorie à un risque de désabonnement plus important.

"Si Orange appelle ses abonnés existants, leur propose du 'quadruple play' et les verrouille pour 24 mois, on est mort", a expliqué de son côté une autre source du secteur.

Si cette enquête débouche sur une auto-saisine de l'Autorité ou sur sa saisine par les opérateurs concurrents, France Télécom pourrait, dans les cas les plus extrêmes, subir des sanctions s'il refuse de modifier son offre.

L'Autorité avait émis en juin un avis autorisant l'utilisation croisée de bases de clientèle, nécessaire au lancement d'offres "quadruple play" en France pour les opérateurs ayant déjà une clientèle dans le fixe et dans le mobile.

Elle avait toutefois estimé à cette occasion que le lancement d'offres de convergence par France Télécom méritait une attention au cas par cas, compte tenu des risques que ces offres pouvaient constituer pour la concurrence.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below