Un important réseau de cybercriminels démantelé en France

lundi 27 septembre 2010 17h36
 

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Un réseau de cybercriminels soupçonnés d'avoir revendu en masse des codes confidentiels servant à débloquer des téléphones portables a été démantelé par les gendarmes marseillais.

Neuf personnes ont été interpellées en Bretagne, dans le nord de la France, dans le Var et dans la région parisienne.

"C'est l'une des plus belles et des plus grosses affaires de cybercriminalité identifiée à ce jour par le mode opératoire, les sommes en cause, le nombre de personnes impliquées, son caractère national et international", a résumé lundi le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, lors d'une conférence de presse.

Les trois principaux opérateurs français de téléphonie mobile, Orange, Bouygues et SFR, ont été touchés par cette fraude qui pourrait aussi concerner les constructeurs de téléphone et des opérateurs étrangers, notamment européens.

"Il n'y a pas de faille chez les opérateurs mais des agents corrompus chez les sous-traitants et les constructeurs", a précisé le chef de la cellule nouvelles technologies de la Section de recherches de Marseille, Philippe Lajeunesse.

Les pirates du net se procuraient les informations sur les codes secrets dits de déblocage des portables auprès de salariés des constructeurs ou de boutiques de téléphonie mobile. Ils les commercialisaient ensuite sur internet au prix d'environ 30 euros l'unité.

"Chaque source interpellée, on en a au moins six, sortait au minimum une centaine de codes par jour. On estime la fraude à 30.000 déblocages par mois", a précisé l'adjudant-chef Lajeunesse.

UN FRÈRE ET SA SOEUR À LA TÊTE DU RÉSEAU   Suite...

 
<p>Un r&eacute;seau de "cybercriminels" soup&ccedil;onn&eacute; d'avoir revendu en masse des codes confidentiels servant &agrave; d&eacute;bloquer des t&eacute;l&eacute;phones portables a &eacute;t&eacute; d&eacute;mantel&eacute; par les gendarmes marseillais, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Neuf personnes ont &eacute;t&eacute; interpell&eacute;es en Bretagne, dans le Nord de la France, dans le Var et dans la r&eacute;gion parisienne. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>