24 septembre 2010 / 14:57 / il y a 7 ans

Alcatel-Lucent confiant dans son retour à la normale

<p>Alcatel-Lucent estime que les p&eacute;nuries de composants qui ont impact&eacute; ses r&eacute;sultats semestriels persisteront jusque dans le courant de 2011, mais qu'elles ne risquent pas de mettre en p&eacute;ril le retour &agrave; la normale que le groupe vise l'an prochain. /Photo d'archives/Charles Platiau</p>

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent estime que les pénuries de composants qui ont impacté ses résultats semestriels persisteront jusque dans le courant de 2011, mais qu'elles ne risquent pas de mettre en péril le retour à la normale que le groupe vise l'an prochain.

Dans un entretien à Reuters vendredi, le directeur financier de l'équipementier télécoms, Paul Tufano, s'est dit de plus en plus confiant dans la capacité du groupe à atteindre ses objectifs 2011, qui visent un flux de trésorerie libre positif et une marge d'exploitation ajustée comprise entre 5% et 9%.

"Tous les leviers qui nous donnent confiance dans notre capacité à atteindre nos objectifs montrent des signes d'amélioration de trimestre en trimestre. Grâce à cet élan, notre confiance grandit", a-t-il déclaré.

Le directeur financier a estimé que les difficultés liées à des pénuries de composants dans l'industrie des semi-conducteurs, bien qu'elles ne se soient pas améliorées depuis la fin du premier semestre, ne constituent qu'un obstacle provisoire pour Alcatel.

"Si on regarde la situation globale d'offre de composants, à travers l'industrie des semi-conducteurs, elle n'a pas beaucoup évolué depuis le premier semestre de l'année. La situation est toujours difficile", a expliqué Paul Tufano.

Il table sur une résolution dans le courant de l'année 2011 de ce problème de composants qui, utilisés dans de nombreuses industries, dont l'automobile ou l'électronique, subissent l'effet d'une reprise rapide de la demande.

"Nous avons démontré notre capacité à gérer cette situation des composants. Tous les jours nous nous améliorons sur ce plan. A moins que quelque chose de dramatique ne survienne dans l'industrie, je ne crois pas que ce sera un problème majeur", a-t-il ajouté.

Vers 16h30, l'action Alcatel gagnait 8,4%, à 2,514 euros, à comparer avec une progression de 1,89% de l'indice CAC 40 et de 0,44% de l'indice sectoriel des télécoms. Le titre, qui grimpait d'environ 4% vers 15h00, a amplifié ses gains après les déclarations du directeur financier à Reuters.

FREE CASH FLOW

Paul Tufano s'est montré plus optimiste qu'à la fin du mois de juillet, lorsqu'il avait estimé que l'atteinte de l'objectif de "free cash flow" à l'équilibre en 2010 dépendait de l'évolution de la gestion des stocks.

Au deuxième trimestre, Alcatel a limité l'impact de ces pénuries sur ses résultats trimestriels mais il a consommé davantage de trésorerie afin de constituer des stocks de composants, tablant sur une demande toujours forte au second semestre.

"J'ai bon espoir qu'on puisse commencer à faire baisser nos stocks", a déclaré Paul Tufano vendredi, précisant que cela se ferait probablement plutôt au quatrième trimestre 2010 qu'au troisième, période pour laquelle le niveau des stocks devrait être à peu près équivalent à celui du deuxième.

Alcatel table sur un free cash flow à l'équilibre en 2010, ainsi qu'une marge d'exploitation ajustée comprise entre 1% et 5%.

Dans un secteur où l'intensification de la concurrence ces dernières années s'est traduite par une pression accrue sur les prix, le groupe franco-américain mise surtout sur des économies de coûts pour améliorer sa rentabilité.

"Il y aura toujours un certain niveau de pression concurrentielle. Il faut travailler à faire baisser le point mort pour s'adapter (...). En interne, nous sommes vraiment focalisés sur la réduction des coûts", a résumé Paul Tufano.

"Vous allez surtout nous voir travailler pour réduire la complexité de notre entreprise (...). Ce sera notre prochaine poussée. Nous avons commencé à la fin de l'année dernière, et nous y travaillons cette année. Nous espérons en voir les bénéfices en 2011", a-t-il ajouté, refusant toutefois de chiffrer les économies attendues.

"En simplifiant notre complexité, nous avons la capacité de réduire les coûts davantage... Et il y a beaucoup de complexité."

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below