Deux industriels belges condamnés dans l'affaire LHSP

lundi 20 septembre 2010 22h29
 

BRUXELLES (Reuters) - Deux industriels belges qui aspiraient à devenir les pionniers d'une Silicon Valley belge ont été condamnés lundi à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et une amende de 25.000 euros chacun.

Jo Lernout et Pol Hauspie, cofondateurs d'une entreprise de reconnaissance vocale, ont été jugés coupables de fraudes comptables et ventes fictives.

La cour d'appel de Gand a infligé la même peine à Nico Willaert, ancien haut responsable de l'entreprise Lernout & Hauspie (L&H). Quatre autres cadres de L&H et un auditeur de la société KMPG ont également été déclarés coupables.

Dexia Bank Belgique, une filiale du groupe franco-belge de services financiers Dexia poursuivie pour défaut de contrôle, et le cabinet d'audit KPMG, qui certifiait les comptes de L&H, ont en revanche été acquittés.

Lernout & Hauspie Speech Products (LHSP), entreprise spécialisée dans les technologies de reconnaissance vocale fondée en 1987, est devenue un des symboles de l'éclatement de la bulle des nouvelles technologies.

Au plus fort de son expansion, L&H valait près de 10 milliards de dollars. Le prince héritier de Belgique et Bill Gates, le fondateur de Microsoft, avaient investi dans son capital.

Coté au Nasdaq et à l'Easdaq, le titre L&H, qui valait un peu moins de 20 dollars en 1999, a culminé à 70 dollars environ en mars 2000. Mais les deux entrepreneurs ont alors été accusés d'avoir maquillé les comptes de leur entreprise, trompé les investisseurs et artificiellement gonflé ses ventes entre 1997 et 2000.

L'action L&H est retombée sous les 10 dollars en octobre 2000. La société a fait faillite en octobre 2001. Des milliers d'investisseurs, dont des investisseurs institutionnels ont perdu des millions de dollars.

Une procédure civile est engagée parallèlement au procès pénal. Des investisseurs, représentés par le groupe Deminor et l'association de défense des consommateurs Test Achat, réclament 290 millions d'euros de dommages et intérêts.

Philip Blenkinsop, Henri-Pierre André pour le service français

 
<p>Pol Hauspie (&agrave; gauche) et Jo Lernout, photographi&eacute;s ici en mai 2007, qui aspiraient &agrave; devenir les pionniers d'une Silicon Valley belge, ont &eacute;t&eacute; condamn&eacute;s lundi &agrave; cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et une amende de 25.000 euros chacun. Les deux industriels, cofondateurs d'une entreprise de reconnaissance vocale, ont &eacute;t&eacute; jug&eacute;s coupables de fraudes comptables et ventes fictives. /Photo d'archives/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>