Intel dévoile des puces Atom pour la TV en ligne et les voitures

mercredi 15 septembre 2010 12h03
 

par Noel Randewich

SAN FRANCISCO (Reuters) - Intel a dévoilé de nouveaux microprocesseurs de sa gamme Atom destinés aux téléviseurs pouvant se connecter à internet et l'informatique embarquée.

Les puces d'entrée de gamme d'Intel pour les appareils nomades dominent déjà le segment des netbooks, ces ordinateurs portables dédiés à la navigation sur internet.

Le premier fondeur mondial cherche à présent à se faire une place sur le marché des smartphones et sur les segments en pleine croissance tels que les tablettes numériques, les ordinateurs pour voitures ou la télévision en ligne.

Intel aimerait également placer ses microprocesseurs Atom dans des secteurs de l'électronique plus classiques tels que les feux tricolores, les caméras de sécurité ou les appareils électroménagers dont l'informatisation et la connectivité ne cesse de progresser.

"D'ici à deux ans, la présence d'Atom dans les netbooks restera une segment très lucratif, mais on entendra parler d'Atom presque partout", a déclaré à Reuters Tom Kilroy, responsable des ventes et du marketing du groupe américain, lors de l'Intel Development Forum, à San Francisco.

Intel a présenté deux nouvelles lignes de sa puce Atom dont le E600, dit "Tunnel Creek", destiné aux applications à usage ludique ou d'assistance à la navigation embarquée dans les voitures.

La série CE4200, appelée "Groveland", est destinée pour sa part à la télévision en ligne.

"Nous nous devons de couvrir un territoire le plus large possible et comme Atom fait son entrée sur ces segments que l'architecture (des puces) Intel n'intégrait pas jusqu'ici, nous souhaitons être réactif au maximum vis-à-vis de la clientèle", a déclaré Doug Davis, qui dirige la branche produits embarqués et communicants d'Intel.   Suite...

 
<p>Intel a d&eacute;voil&eacute; de nouveaux microprocesseurs de sa gamme Atom destin&eacute;s aux t&eacute;l&eacute;viseurs pouvant se connecter &agrave; internet et l'informatique embarqu&eacute;e. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking</p>