Les plans d'austérité européens menacent les SSII

lundi 13 septembre 2010 14h23
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les groupes de services informatiques (SSII) et de conseils en technologies pourraient payer cher la cure d'austérité annoncée dans le secteur public en Europe, qui assure une visibilité de leurs revenus, soulignent des analystes.

La crainte d'une rechute économique en Europe et aux Etats-Unis va conditionner les budgets 2011 des clients des sociétés de petite et moyenne capitalisation du secteur, encore peu exposées aux relais de croissance des pays émergents, ajoutent-ils.

Reuters organise de mardi à jeudi, à Paris, un forum accueillant les dirigeants de plusieurs d'entre elles - Alten, Altran, Steria, GFI Informatique et Devoteam.

"La grande question va être l'attitude des clients à la rentrée, le gros risque étant qu'ils cessent d'investir comme cela s'était passé début 2009", souligne un analyste. "Que se passera-t-il s'il y a un 'double dip' et que les SSII ne retrouvent pas de croissance au second semestre 2010 et très peu en 2011?"

Les sociétés du secteur ont désespérément besoin de faire croître leur activité pour remonter leurs marges mises à mal par la crise - toutefois moins que lors du précédent creux de 2001-2002 - au moment où la concurrence maintient des pressions sur les prix.

Or, dans le secteur public, qui représente en moyenne un quart du chiffre d'affaires des SSII, le Royaume-Uni a déjà commencé à tailler dans ses dépenses, en particulier dans les activités les plus cycliques comme le conseil, note le même analyste. Cela concerne tout particulièrement Steria, qui réalise près de 40% de son chiffre d'affaires dans ce pays.

PAYSAGE EUROPÉEN FIGÉ

"C'est une période incertaine, on entend de l'optimisme de la part des SSII et des sociétés de R&D externalisée, mais aucune ne peut prétendre à avoir une vision sur 2011", résume un deuxième analyste.   Suite...