Plus de 2 millions de foyers avec la fibre optique à l'été 2011

vendredi 10 septembre 2010 13h12
 

PARIS (Reuters) - Le nombre de foyers français raccordés à la fibre optique devrait avoir quasiment doublé à l'été 2011, pour atteindre plus de deux millions, à mi-chemin de l'objectif fixé par le gouvernement pour les zones très denses d'ici la fin 2012, a estimé vendredi l'Arcep.

Le président de l'autorité des télécoms, Jean-Ludovic Silicani, a toutefois souligné que seuls 10% des foyers raccordés avaient souscrit un abonnement à la fibre optique, qui donne accès à l'internet à très haut débit, en l'absence de vraie offensive commerciale des opérateurs.

"Il n'y a pas eu encore de véritable déclic (...). Du côté des opérateurs, chacun attend un peu l'autre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Je pense que la mayonnaise va prendre dans les prochains mois", a-t-il ajouté, disant s'attendre à ce que 2011 soit l'année du démarrage dans des abonnements.

Il a jugé que le projet d'augmentation de la TVA sur les offres "triple play" (téléphone, internet, télévision) devrait être répercuté sur les consommateurs et ainsi ne pas réduire la marge d'investissement des opérateurs dans la fibre optique.

"Je pense que les opérateurs augmenteront leurs tarifs, mais comme c'est un marché concurrentiel, ils les augmenteront raisonnablement - de deux ou trois euros en moyenne - et donc ils n'auront pas moins de recettes et pourront consacrer les mêmes sommes à la fibre optique", a-t-il dit à des journalistes à l'issue de la conférence de presse.

Le ministère de l'Economie a annoncé mercredi son intention d'uniformiser à 19,6% la TVA sur les offres "triple play", en remontant la taxation de la part correspondant à la télévision, actuellement fixée à un taux réduit de 5,5%.

Jean-Ludovic Silicani a également indiqué que le très haut débit mobile - sous la forme de la téléphonie mobile de quatrième génération (4G) - devrait être parfois disponible avant le très haut débit fixe.

Les fréquences 4G devraient être attribuées entre le printemps et l'été 2011, avec une obligation de couverture du territoire qui devrait être fixée à au moins 90% de chacun des départements français.

L'Arcep veut ainsi éviter que des zones entières du pays, souvent rurales, soient laissées pendant longtemps sans connexion possible, comme cela a été le cas pour la téléphonie mobile 2G et 3G.

Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez