Google veut défier Apple avant Noël sur le marché de la musique

vendredi 3 septembre 2010 08h48
 

par Yinka Adegoke

NEW YORK (Reuters) - Google est en discussions avec plusieurs maisons de disques sur ses projets de vente de musique en ligne, qui permettraient notamment à ses utilisateurs de disposer d'une discothèque nomade accessible où qu'ils se trouvent, afin de rivaliser avec Apple, a-t-on appris de plusieurs sources proches du dossier.

Andy Rubin, le dirigeant de Google à l'origine de la création du système d'exploitation Android, mène les pourparlers avec les labels concernés sur ce qui pourrait devenir le futur service musical de Google, selon ces sources.

Il espère que le service sera opérationnel avant Noël, ont précisé deux de ces sources.

Le secteur de la musique espère profiter de la bataille annoncée Google-Apple, qui étendrait à un nouveau domaine une rivalité qui les oppose déjà sur de nombreux segments du marché des hautes technologies grand public, de la téléphonie mobile à la publicité.

Dans la musique, Apple bénéficie d'une expérience de sept ans, l'âge de son magasin en ligne iTunes Music Store, qui génère à lui seul 70% de l'ensemble des ventes de musique numérisée aux Etats-Unis.

Google n'a pour l'instant signé aucun accord de licence avec un grand label, ont précisé les sources, mais cela n'empêche pas les maisons de disque de spéculer sur les avantages qu'elles pourraient retirer de l'entrée sur le marché du géant de la recherche sur internet.

"Enfin il y a une structure disposant de la puissance, des ressources et des moyens permettant de s'attaquer à iTunes et de lui opposer un concurrent formidable rassemblant la recherche et la plate-forme mobile Android", a déclaré un responsable d'un label qui a requis l'anonymat.

"Le résultat sera un acteur très puissant sur le marché, ce qui sera très favorable au business de la musique."   Suite...

 
<p>Selon plusieurs sources proches du dossier, Google est en discussions avec plusieurs maisons de disques sur ses projets de vente de musique en ligne afin de rivaliser avec Apple. /Photos d'archives/REUTERS/Robert Galbraith et Arnd Wiegmann</p>