L'UE compte enquêter sur les modems chinois

mardi 31 août 2010 16h01
 

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne se demande si les fabricants chinois de modems profitent de subventions indues et se prépare à ouvrir une enquête à ce sujet, apprend-on de sources diplomatiques.

La Commission européenne a déjà ouvert une enquête en juin sur les exportateurs chinois de modems mobiles, soupçonnant un cas de dumping.

La Commission européenne avait fait savoir aux Etats membres qu'elle voulait en savoir plus. Elle a jusqu'à la mi-septembre pour décider de lancer ses investigations.

Cette enquête ferait suite à une plainte d'Option, le seul producteur européen de matériel internet mobile. Parmi ses clients figurent le britannique Vodafone ou encore l'espagnol Telefonica.

Selon la plainte d'Option, dont Reuters a pris connaissance, les fabricants de modems chinois bénéficient de prêts publics, de prêts bonifiés et du soutien de l'Etat pour leur recherche-développement, Pékin voulant faire de la Chine l'un des leaders mondiaux des télécoms et de l'informatique.

La Chine a exporté en 2009 autour de 25 millions de modems sans fil, représentant un chiffre d'affaires de 1,25 milliard d'euros. Selon des estimations de l'UE, les modems chinois ont représenté 90% des importations européennes.

L'enquête de la CE, si elle l'ouvre, durera 13 mois et peut déboucher sur des droits de douane élevés imposés pendant cinq ans. Les pays de l'UE doivent se prononcer cette semaine sur le projet d'enquête de l'exécutif européen, selon des personnes proches du dossier.

Huawei Technologies et ZTE sont les principaux fabricants chinois de modems.

Juliane von Reppert-Bismarck, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié