Infineon vend ses activités mobiles à Intel

lundi 30 août 2010 09h46
 

par Nicola Leske

FRANCFORT (Reuters) - Intel a conclu le rachat des activités de composants mobiles du groupe allemand Infineon pour 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros), une opération qui permet au groupe américain de renforcer sa présence sur le marché des smartphones.

Cette transaction en cash devrait être bouclée au premier trimestre 2011 et les activités acquises conserveront leur indépendance, ont précisé les deux sociétés dans un communiqué commun lundi.

Trois sources proches du dossier avaient déclaré vendredi à Reuters qu'elles étaient très proches d'un accord définitif.

Il s'agit de la deuxième acquisition importante en moins de deux semaines pour Intel après l'annonce le 19 août du rachat de McAfee, un spécialiste de la sécurité informatique, pour 7,7 milliards de dollars.

Le groupe américain avait besoin de se renforcer sur le marché mobile: si sa gamme de processeurs Atom est fortement implantée sur le marché des "netbooks" d'entrée de gamme, elle est pratiquement absente du segment des "smartphones", le plus porteur et le plus lucratif du marché actuellement.

"Infineon ferait instantanément d'Intel un poids lourd (du marché mobile) et leur permettrait de gagner trois ou quatre ans de R&D (recherche et développement)", avait déclaré la semaine dernière Flint Pulskamp, analyste d'IDC, alors que l'opération était encore évoquée au conditionnel.

Des analystes estiment néanmoins qu'il faudra du temps pour que le rachat de WLS ait un impact sensible sur les résultats d'Intel.

INFINEON VEUT SE CONCENTRER SUR SES 3 SEGMENTS STRATÉGIQUES   Suite...

 
<p>Infineon a d&eacute;cid&eacute; de vendre &agrave; Intel ses activit&eacute;s de solutions mobiles (WLS) pour un montant de 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) en num&eacute;raire, ce qui permettra au groupe am&eacute;ricain de renforcer sa pr&eacute;sence sur le march&eacute; des composants pour "smartphones". La transaction devrait &ecirc;tre boucl&eacute;e au premier trimestre 2011. /Photo d'archives/REUTERS/Alexandra Winkler</p>