Deux heures de monologue "social" à l'intention de Steve Jobs

vendredi 27 août 2010 18h30
 

BOMBAY (Reuters) - Deux heures de monologue pour convaincre le patron d'Apple, Steve Jobs, d'améliorer les conditions de travail dans les usines chinoises: tel est le défi que s'est lancé le dramaturge américain Mike Daisey qui se présente lui-même comme le premier fan de la marque à la pomme.

Intitulé "Agonie et extase de Steve Jobs", le monologue est tantôt dithyrambique tantôt critique envers la firme américaine qui fait fabriquer la plupart de ses produits en Chine.

Mike Daisey, dont les précédents monologues "Great man of Genius" et "21 Dog Years" ont été salués par la critique, endosse cette fois-ci le rôle d'un homme d'affaires américain venu enquêter dans la société taïwanaise Foxconn Technology touchée par une série de suicides dans son complexe de Shenzhen, en Chine, depuis le début de l'année.

Les détracteurs d'Apple ont imputé ces suicides aux conditions de travail dans cette usine géante. Steve Jobs a qualifié la mort des ouvriers d'"inquiétante" tout en rappelant que l'usine Foxconn n'était pas "un atelier clandestin".

Dans son monologue, Mike Daisey admet sa propre dépendance aux gadgets d'Apple comme l'iPad ou l'iPhone tout en critiquant les conditions de travail des ouvriers.

"Nous, en tant que fans d'Apple, et l'Occident, sommes complices de cet environnement de travail. Nous sommes tous un peu responsables, ne nous faisons pas d'illusions", dit-il.

Steve Jobs n'est ni déraisonnable ni insensible, estime-t-il, rappelant comment le patron d'Apple a fait passer son entreprise du rang des plus "sales" à celui des plus "vertes". Il n'est donc pas impossible de le convaincre de faire de même en ce qui concerne les conditions de travail dans les usines de Shenzhen, poursuit Mike Daisey.

Rina Chandran, Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
<p>Une usine Foxconn, en Chine, o&ugrave; sont assembl&eacute;s notamment des produits command&eacute;s par Apple. Deux heures de monologue pour convaincre le patron d'Apple, Steve Jobs, d'am&eacute;liorer les conditions de travail dans les usines chinoises: tel est le d&eacute;fi que s'est lanc&eacute; le dramaturge am&eacute;ricain Mike Daisey qui se pr&eacute;sente lui-m&ecirc;me comme le premier fan de la marque &agrave; la pomme. /Photo prise le 3 ao&ucirc;t 2010/REUTERS/Jason Lee</p>