Deezer s'allie à Orange pour un "streaming" payant

jeudi 26 août 2010 18h55
 

PARIS (Reuters) - Deezer, le numéro un français de la diffusion de musique sur internet, compte sur son alliance avec Orange pour donner un nouveau souffle à ses abonnements payants dans un marché dont l'économie reste pour l'instant fondée sur la gratuité et les revenus publicitaires.

Axel Dauchez, le directeur général de la start-up française de "streaming" - pratique consistant à écouter de la musique pendant la connexion -, a estimé lors d'un entretien accordé à Reuters que Deezer pourrait compter plusieurs centaines de milliers d'abonnés "premium" en 2010, contre 25.000 aujourd'hui, grâce à son partenariat exclusif avec Orange.

"Le marché est à un tournant", a-t-il jugé, soulignant qu'à l'image d'Orange, les investisseurs voient désormais l'intérêt d'y injecter des fonds.

Orange et Deezer ont présenté jeudi à la presse un accord en vertu duquel l'opérateur entre au capital du site internet à hauteur de 11%, en apportant en échange les actifs de sa filiale Wormee et en s'engageant à commercialiser l'abonnement payant de Deezer auprès de ses nouveaux clients.

"Si on ne faisait pas cette opération, le marché du 'streaming' se développerait trop lentement", a déclaré Axel Dauchez, ajoutant que le partenariat pourrait éventuellement être étendu à d'autres pays où Orange est présent.

Un internaute peut aujourd'hui se connecter gratuitement sur le site internet de Deezer pour écouter de la musique, ou payer un abonnement "premium" de 9,99 euros par mois pour y accéder en haute qualité à partir de son mobile et d'autres appareils.

Dans le cadre du partenariat avec Orange, la plupart des forfaits "triple play" - fixe, mobile, télévision et internet - et mobiles donneront accès pour un nouveau client à l'offre "premium" de Deezer, incluse gratuitement ou à prix réduit dans les abonnements télécoms.

En contrepartie, Orange reversera un pourcentage à Deezer sur chaque abonnement concerné.

"Orange considère que c'est un atout de recrutement et de fidélisation, donc oui, il subventionne les abonnements (à Deezer)", a expliqué le directeur général du site de "streaming".

Pour Orange, l'opération s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle politique dans les contenus. L'opérateur a fait savoir en juillet qu'il privilégierait désormais des prises de participation minoritaires ainsi que des partenariats industriels, de distribution et de recherche, plutôt que de miser sur l'acquisition de droits comme il le faisait précédemment.

Marie Mawad et Leila Abboud, édité par Benjamin Mallet

 
<p>Deezer, le num&eacute;ro un fran&ccedil;ais de la diffusion de musique sur internet, compte sur son alliance avec Orange pour donner un nouveau souffle &agrave; ses abonnements payants dans un march&eacute; dont l'&eacute;conomie reste pour l'instant fond&eacute;e sur la gratuit&eacute; et les revenus publicitaires. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard</p>