Gemalto confiant pour le second semestre

jeudi 26 août 2010 09h10
 

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - Gemalto a déclaré jeudi tabler sur une accélération de sa croissance au second semestre et une amélioration de sa rentabilité sur l'année, jugeant "réaliste" l'estimation de 200 millions d'euros de résultat opérationnel avancée par des analystes.

Le fabricant de cartes à puces vise des ventes de plus d'un milliard d'euros en seconde moitié d'année et compte se consacrer pendant cette période à l'intégration de ses acquisitions récentes, qui ont pesé sur sa rentabilité au premier semestre.

"Nous sommes tout à fait confiants pour l'année 2010 et, aujourd'hui, le consensus d'analystes qui est autour de 200 millions d'euros de profit sur l'année est tout à fait dans notre fourchette", a déclaré le directeur général du groupe, Olivier Piou, dans un entretien téléphonique à Reuters.

"Deux cents millions d'euros de profit ça nous paraît tout à fait réalisable et on ne voit pas de raison de changer nos objectifs", a-t-il ajouté.

Gemalto a publié des ventes de 840 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 5%, mais a vu sa marge des activités opérationnelles se dégrader de 1,9 point à 8%. Le résultat net s'est établi à 63 millions d'euros.

En 2009, le groupe a réalisé un bénéfice net quasi stable à 148 millions d'euros et un résultat d'exploitation de 171 millions, pour des ventes de 1,65 milliard.

REDRESSER LA MARGE DES SOCIÉTÉS ACQUISES

Gemalto mise notamment sur l'amélioration des marges des sociétés qu'il a récemment acquises pour redresser sa rentabilité.   Suite...

 
<p>Gemalto table sur une acc&eacute;l&eacute;ration de sa croissance au second semestre et une am&eacute;lioration de sa rentabilit&eacute; sur l'ann&eacute;e, jugeant "r&eacute;aliste" l'estimation de 200 millions d'euros de r&eacute;sultat op&eacute;rationnel avanc&eacute;e par des analystes. Le fabricant de cartes &agrave; puces vise des ventes de plus d'un milliard d'euros en seconde moiti&eacute; d'ann&eacute;e et compte se consacrer pendant cette p&eacute;riode &agrave; l'int&eacute;gration de ses acquisitions r&eacute;centes. /Photo d'archives/REUTERS</p>