Le Mondial et la France ont pesé sur les trimestriels de Bwin

jeudi 19 août 2010 11h20
 

VIENNE (Reuters) - L'opérateur autrichien de sites de jeux d'argent en ligne Bwin a fait état jeudi d'une chute de 27% de son bénéfice d'exploitation trimestriel, affecté par les dépenses de marketing liées à la Coupe du monde de football et au lancement de son site français.

La Coupe du monde en Afrique du Sud a permis de doper son chiffres d'affaires brut de près de 35% au second trimestre mais ses frais marketing ont grimpé de 30%, faisant reculer son résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) ajusté à 11 millions d'euros.

"En termes de chiffres d'affaires brut issus des paris sportifs, bwin a enregistré a peu près les mêmes performances pour la Coupe du monde 2010 que pour les deux derniers événements footballistiques majeurs réunis, à savoir la Coupe du monde 2006 et l'Euro 2008", souligne la société dans un communiqué.

Elle a par ailleurs indiqué que sa fusion avec son concurrent britannique PartyGaming était bien partie pour être effective au début de l'année prochaine.

Les deux sociétés ont annoncé leur rapprochement le mois dernier en expliquant vouloir créer un groupe pesant plus de 2,5 milliards d'euros, ce qui en ferait la plus importante société de jeux d'argent en ligne au monde, afin de se préparer à l'ouverture du marché américain.

A la Bourse de Vienne, l'action bwin gagnait 1,64% à 37,73 euros en milieu de matinée. Son cours est étroitement lié à celui du titre PartyGaming, les actionnaires devant recevoir lors de la fusion 12,23 actions PartyGaming pour chaque action bwin détenue.

Boris Gröndahl et Maria Sheahan, Florent Le Quintrec pour le service français, édité par Marc Angrand

 
<p>L'op&eacute;rateur autrichien de sites de jeux d'argent en ligne Bwin a vu son b&eacute;n&eacute;fice d'exploitation chuter de 27% au deuxi&egrave;me trimestre, sous l'effet de d&eacute;penses de marketing li&eacute;es &agrave; la Coupe du monde de football et au lancement de son site fran&ccedil;ais. /Photo d'archives/REUTERS/Heinz-Peter Bader</p>