15 août 2010 / 09:11 / dans 7 ans

Litige entre Oracle et Google

<p>Oracle a engag&eacute; jeudi des poursuites judiciaires contre Google, estimant que le g&eacute;ant de l'internet avait enfreint les brevets prot&eacute;geant son proc&eacute;d&eacute; Java dans le cadre du d&eacute;veloppement de son syst&egrave;me d'exploitation mobile Android. /Photos d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>

par Jim Finkle et Alexei Oreskovic

BOSTON/SAN FRANCISCO (Reuters) - Le géant de la recherche sur internet Google et le numéro deux des éditeurs de logiciels d‘entreprises Oracle ne sont généralement pas vus comme des concurrents directs.

Mais le récent différend sur les brevets qui oppose les deux groupes donne pourtant à penser qu‘ils se considèrent comme des rivaux.

Oracle a engagé jeudi des poursuites judiciaires contre Google, estimant que le géant de l‘internet a enfreint les brevets protégeant son procédé Java dans le cadre du développement de son système d‘exploitation mobile Android.

Le dépôt de cette plainte place deux des firmes les plus emblématiques de la Silicon Valley en opposition, alors que la recherche de nouvelles opportunités de croissance pousse chacune d‘elles à s‘aventurer au-delà de ses domaines d‘activités traditionnels.

Oracle a acquis le procédé Java par le biais du rachat de Sun Microsystems pour 5,6 milliards de dollars en janvier, ce qui lui a permis de faire son entrée dans le secteur à forte croissance de la téléphonie mobile, où le système d‘exploitation mobile Android de Google ne cesse de conquérir des parts de marché.

Selon un rapport du cabinet d’études Gartner publié jeudi, Android devance désormais Apple et est devenu au niveau mondial le troisième système d‘exploitation le plus répandu pour les smartphones.

Le géant de l‘internet gagne par ailleurs peu à peu du terrain sur le marché des services informatiques aux entreprises, sur lequel Oracle a établi son emprise.

“Une bataille est en train d‘apparaître”, estime Laura DiDio, analyste chez ITIC.

Au cours des cinq dernières années, Eric Schmidt, directeur général de Google et ancien cadre de Sun, a incité son entreprise à s‘engager fermement dans le développement de produits de “cloud computing” (qui consiste à fournir à distance des services informatiques comme le stockage de données, sans support matériel et via internet) destinés aux entreprises. Oracle s‘est inscrit beaucoup plus timidement dans cette nouvelle tendance.

“Google fait son entrée sur le marché professionnel d‘une manière très subtile”, juge Trip Chowdhry, analyste de Global Equities Research. “Pour autant, on ne peut pas sous-estimer Google, parce qu‘ils représentent une entreprise de nouvelle génération et que leur structure de coût est bien plus efficace que celle d‘Oracle.”

LE MOBILE, NOUVEAU TERRAIN D‘AFFRONTEMENT

Les deux groupes jouent aussi des coudes pour augmenter les ventes de leurs produits respectifs sur le marché de l’électronique grand public.

Tandis que Google s‘attelle à développer régulièrement de nouvelles versions de ses systèmes d‘exploitation Android pour les téléphones portables et Chrome pour les PC, le directeur général d‘Oracle, Larry Ellison, ne fait pas mystère de son intention de concevoir davantage d‘applications Java pour les téléphones mobiles et les netbooks, les mini-PC portables à prix modérés.

Pour Al Hilwa, analyste chez IDC, grâce à la technologie Java Micro Edition, utilisée notamment par des fabricants de combinés comme Nokia and Motorola, Oracle joue un rôle important sur le marché des téléphones portables.

Mais cette technologie Java ME équipe principalement des mobiles bas de gamme et la montée en puissance des smartphones risque donc d‘affaiblir la position d‘Oracle sur ce marché “s‘ils ne possèdent pas quelques atouts ou s‘ils ne les utilisent pas”, prévient cet analyste.

James Gosling, le concepteur de Java, a déclaré lors d‘une interview à Reuters que la plainte d‘Oracle avait été déposée seulement après l’échec de longues négociations avec la firme de Mountain View sur les brevets, engagées avant même qu‘Oracle ne mette la main sur Sun Microsystems.

Un porte-parole de Google a déclaré que les poursuites n’étaient pas fondées mais n‘a pas souhaité commenter les discussions avec Sun ou avec Oracle.

Certains analystes se sont déclarés surpris par le lancement de cette procédure en justice. Le coût de l‘utilisation de cette technologie dans le cadre d‘un accord de licence aurait probablement été relativement faible pour Google, voire inférieur aux frais de justice auxquels il s‘expose.

Ils supposent que les deux groupes californiens ont échoué à trouver un terrain d‘entente du fait de divergences marquées dans la façon dont ils abordent les problèmes, liées aux caractère très différents de leurs responsables respectifs.

Pour Jean-Louis Gassee, ancien cadre d‘Apple désormais associé dans la firme de capital-risque Allegis Capital, il s‘agit d‘une stratégie d‘entreprise “judicieuse” de la part d‘Oracle, qui tente ainsi de “rentabiliser le portefeuille de brevets dont il a récemment fait l‘acquisition”.

Anne Lapkin, analyste de Gartner, se demande pour sa part si, en plus de générer des profits par ce biais, Oracle ne s‘est pas engagé dans ce bras de fer contre Google parce qu‘il estime qu‘Android représente une menace stratégique à long terme.

Myriam Rivet pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below