Le Liban va évaluer les risques de sécurité du BlackBerry

jeudi 5 août 2010 17h07
 

BEYROUTH (Reuters) - Le gouvernement libanais va étudier les risques éventuels concernant la sécurité du BlackBerry, a annoncé jeudi Imad Hoballah, le chef des services de régulation des télécommunications.

Imad Hoballah a affirmé vouloir engager des pourparlers avec Research in Motion, le fabricant du Blackberry, concernant la sécurité du terminal.

Le groupe canadien négocie déjà avec l'Inde, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis pour tenter d'empêcher le blocage par ces pays de certains services de son smartphone.

Ces gouvernements reprochent à Research In Motion (RIM) de ne pouvoir accéder aux données cryptées transitant sur les serveurs de ses téléphones, alors que des pays comme les Etats-Unis ont obtenu gain de cause face au même genre de préoccupations.

"Nous étudions le problème aussi bien du point de vue de la technique que du service, mais aussi sous les aspects économique, financier, légal et sécuritaire", a déclaré Imad Hoballah à Reuters.

Il n'a pas précisé quelle décision pourrait prendre le Liban concernant l'utilisation du Blackberry.

L'Arabie saoudite a décidé d'interdire le service de messagerie instantanée du Blackberry à compter de vendredi.

Des officiels saoudiens et des représentants de RIM se sont rencontrés jeudi afin de tenter de trouver un compromis de dernière minute.

Yara Bayoumy, avec Souhail Karam à Ryad, Antoine Bouthier pour le service français, édité par Pascal Liétout

 
<p>Le chef des services de r&eacute;gulation des t&eacute;l&eacute;communications libanais a annonc&eacute; que le gouvernement allait &eacute;tudier les risques &eacute;ventuels concernant la s&eacute;curit&eacute; du BlackBerry. Le groupe canadien n&eacute;gocie d&eacute;j&agrave; avec l'Inde, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis pour tenter d'emp&ecirc;cher le blocage par ces pays de certains services de son smartphone. /Photo d'archives/REUTERS/Mark Blinch</p>