La "guerre des smartphones" devrait rogner les marges

vendredi 30 juillet 2010 12h15
 

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - La concurrence de plus en plus rude qui fait rage sur le marché mondial des "smartphones" devrait peser sur les marges des fabricants au second semestre, estiment des analystes.

Tous les géants du secteur, comme Nokia, Samsung Electronics ou Research In Motion, comptent lancer de nouveaux combinés multimédias en vue des fêtes de fin d'année.

"Nous nous attendons à ce que le second semestre soit marqué par une escalade dans la 'guerre de la 3G', alors que Nokia, Samsung, LG, RIM, Sony Ericsson, Motorola, ZTE, Huawei et d'autres s'apprêtent à inonder le marché de smartphones et autres 'superphones' pour tenter de gagner des parts sur ces marchés à forte valeur ajoutée", prévoit le cabinet d'études Strategy Analytics.

"L'accroissement de l'offre va doper les volumes, mais elle va aussi mettre les marges sous pression à mesure que les fabricants lutteront pour faire mieux que leurs rivaux", poursuit-il.

Nokia, Samsung et LG Electronics, leaders - dans cet ordre - du marché mondial des téléphones mobiles, ont vu tous les trois leurs marges se réduire sur le trimestre avril-juin, en raison de cette "guerre des smartphones".

"Chaque vendeur est en plein rafraîchissement de sa gamme de produits, en misant davantage sur les smartphones pendant la deuxième moitié de l'année", juge Ramon Llamas, analyste chez IDC.

"Malgré tout, la pression générée par des fabricants qui ne figurent pas dans l'actuel top 5 (mondial), en particulier Apple et Motorola, va provoquer une rude concurrence dans les trimestres à venir", estime-t-il.

Vendredi, Samsung a annoncé que la marge opérationnelle de sa division terminaux mobiles était tombée à 7,2% entre avril et juin, le groupe ayant dû consentir d'importantes dépenses de marketing pour compenser l'absence d'un modèle de smartphone phare.   Suite...

 
<p>La concurrence de plus en plus rude qui fait rage sur le march&eacute; mondial des "smartphones" devrait peser sur les marges des fabricants au second semestre, selon des analystes. /Photo d'archives/REUTERS/Nicky Loh</p>