Ecouter n'importe quel mobile serait simple comme bonjour

jeudi 29 juillet 2010 21h25
 

par Jim Finkle

BOSTON (Reuters) - Un consultant en technologie et en sécurité laisse entendre qu'il est relativement facile et peu coûteux d'écouter n'importe quelle conversation sur un téléphone portable, ajoutant que la plupart des opérateurs de réseaux mobiles ne peuvent garantir que les appels ne seront pas interceptés.

Chris Paget dit avoir réussi à fabriquer un appareil capable d'intercepter l'identifiant international d'un utilisateur de mobile, avec 1.500 dollars (1.150 euros) de matériel et un logiciel libre gratuit.

"Ce n'est vraiment pas compliqué à fabriquer", a-t-il déclaré au sujet de ces appareils appelés des "ISMI catchers" (NDLR : ISMI, International Mobile Subscriber Identity).

Chris Paget devrait en faire la démonstration devant un parterre de spécialistes samedi lors d'une présentation dans le cadre du salon annuel sur la sécurité informatique, le Defcon, qui débute vendredi à Las Vegas.

Sa technique fonctionnerait uniquement sur les réseaux sans fil utilisant la technologie GSM, la plus courante au monde.

Il prévoit d'en faire la démonstration en demandant à l'audience de passer des appels avec leur téléphone GSM et d'en intercepter la communication depuis son estrade.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat de la part d'opérateurs utilisant la norme.

Les autorités pratiquent depuis longtemps l'écoute téléphonique d'appareil mobile mais par le biais d'appareillages réputés coûter plusieurs centaines de milliers de dollars.

Patrice Mancino pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Un consultant en technologie et en s&eacute;curit&eacute; laisse entendre qu'il est relativement facile et peu co&ucirc;teux d'&eacute;couter n'importe quelle conversation sur un t&eacute;l&eacute;phone portable. Avec 1.500 dollars de mat&eacute;riel et un logiciel libre gratuit, il est possible de fabriquer un appareil capable d'intercepter l'identifiant international d'un utilisateur de mobile. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>