Un tribunal russe s'attaque à internet, Google proteste

jeudi 29 juillet 2010 20h40
 

MOSCOU (Reuters) - Un tribunal russe a ordonné au fournisseur internet Rosnet de bloquer cinq sites ayant diffusé selon lui des opinions extrémistes, une décision critiquée par le géant américain Google.

Rosnet a fait appel mercredi contre la décision du tribunal de district de Komsomolsk-sur-Amour, dans l'Extrême-Orient russe, qui ne s'applique que localement. Parmi les cinq sites visés figure notamment le site de partage vidéo YouTube, qui appartient à Google.

Le président de Rosnet, Alexandre Ermakov, a déclaré dans les médias que sa société avait refusé de bloquer les sites, estimant le juge "incompétent". Il s'est dit déterminé "à aller jusqu'au bout, jusqu'à la Cour constitutionnelle".

Google, premier moteur de recherche mondial, a également critiqué la décision du tribunal de bloquer YouTube après la diffusion d'un clip accusé d'incitation à la haine.

Alla Zabrovskaïa, porte-parole de Google Russie, a rappelé que les internautes russes pouvaient contrôler, signaler ou faire retirer les vidéos à caractère haineux.

Dmitri Soloviov, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

 
<p>Un tribunal russe a ordonn&eacute; au fournisseur internet Rosnet de bloquer cinq sites ayant diffus&eacute; selon lui des opinions extr&eacute;mistes, une d&eacute;cision critiqu&eacute;e par le g&eacute;ant am&eacute;ricain Google. Parmi les cinq sites vis&eacute;s figure notamment le site de partage vid&eacute;o YouTube, qui appartient &agrave; Google. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann</p>