1 juillet 2010 / 13:02 / il y a 7 ans

France Télécom présente son plan à cinq ans en interne

<p>France T&eacute;l&eacute;com a partiellement d&eacute;voil&eacute; en interne un nouveau plan de d&eacute;veloppement sur cinq ans o&ugrave; le groupe esquisse ses ambitions en termes d'investissements dans les r&eacute;seaux, de croissance externe et d'embauches. L'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms s'est toutefois refus&eacute; &agrave; chiffrer les budgets correspondants &agrave; ces projets, r&eacute;servant ces pr&eacute;cisions pour la pr&eacute;sentation du plan strat&eacute;gique &agrave; la presse lundi. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - France Télécom a partiellement dévoilé en interne un nouveau plan de développement sur cinq ans où le groupe esquisse ses ambitions en termes d‘investissements dans les réseaux, de croissance externe et d‘embauches.

L‘opérateur télécoms s‘est toutefois refusé à chiffrer les budgets correspondants à ces projets lors d‘une présentation aux syndicats mardi, puis à 1.000 de ses managers jeudi, réservant ces précisions pour la présentation du plan stratégique à la presse lundi.

Le projet, qui doit répondre au malaise révélé par une série de suicide de salariés de France Télécom, vise les activités françaises et internationales du groupe et se décline en sept volets, ont déclaré à Reuters des responsables syndicaux.

L‘objectif est notamment de simplifier l‘offre commerciale, d‘améliorer la qualité de service et de revaloriser les réseaux, dont la saturation ne s‘est pas accompagnée ces dernières années d‘une augmentation proportionnelle des revenus de l‘opérateur.

Le plan d‘entreprise répond également à certaines interrogations sur la stratégie du groupe dans les contenus, et sur ses ambitions de fusion-acquisition dans les pays émergents.

“Il manquait un élément essentiel dans la réunion hier, au-delà des intentions et des présentations, quels sont les moyens ? Nous on jugera aux actes et on jugera aux moyens qui seront annoncés”, a déclaré à Reuters Christian Mathorel, représentant de la CGT.

France Télécom a indiqué dans un email à ses salariés que le projet leur serait présenté lundi prochain à 15h45, après son annonce à la presse, prévue quant à elle dans la matinée.

Les syndicats attendent de connaître le nombre d‘embauches prévues, tandis que deux accords, sur l‘organisation et les conditions du travail, sont toujours en cours de négociation avec la direction.

La directrice des activités françaises de France Télécom, Delphine Ernotte, avait précisé la semaine dernière que le plan viserait à la fois à “remonter le business et à remonter la motivation”.

Après avoir été secoué par une vague de suicides de salariés qui s‘est particulièrement intensifiée à la rentrée 2009, France Télécom a nommé Stéphane Richard au poste de directeur général le 1er mars dernier, en remplacement de Didier Lombard.

ARBRITRAGE

Pour plusieurs représentants d‘organisations syndicales interrogés par Reuters, il paraît toutefois impossible d‘opérer des changements en profondeur, pour répondre à la crise sociale, sans modifier la politique financière du groupe.

Or, Stéphane Richard a réaffirmé dès son arrivée la politique de dividende du groupe et l‘objectif d‘un cash flow organique annuel de huit milliards d‘euros, à l‘horizon 2011.

“Je ne vais pas ajouter une crise avec les marchés financiers à la crise déjà existante”, aurait répondu Stéphane Richard à la question de baisser le dividende, rapporte une source syndicale.

L‘action de l‘opérateur est tombée jeudi en séance à 14,01 euros, un plus bas depuis novembre 2002. Elle cède environ 18% depuis le début de l‘année, à comparer avec une baisse de 12,50% de l‘indice CAC 40 et d‘environ 7% de l‘indice sectoriel des télécoms.

France Télécom a traditionnellement présenté des plans pluriannuels comprenant, aux côtés de prévisions financières, des objectifs de réductions d‘emplois.

Mais le groupe doit aujourd‘hui intégrer un volet social plus fort pour répondre aux demandes syndicales, et il a d‘ores et déjà prévenu qu‘il visait à stabiliser les effectifs en 2010.

“Comme l‘entreprise se focalise actuellement sur ses employés, il nous paraît improbable que les coûts de main-d‘oeuvre baissent en 2010”, ont estimé les analystes de Goldman Sachs, dans une note publiée jeudi dans laquelle ils ont abaissé leur recommandation sur le titre de “achat” à “neutre”.

Vers 14 heures, l‘action France Télécom reculait de 1,02%, à 14,14 euros, contre une baisse de 0,83% de l‘indice des télécoms.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below