Microsoft abandonne ses smartphones Kin

jeudi 1 juillet 2010 13h56
 

par Alexei Oreskovic

SAN FRANCISCO (Reuters) - Microsoft tire un trait sur sa nouvelle génération de smartphones, les "Kin" présentés il y a moins de trois mois lors de leur commercialisation aux Etats-Unis comme des concurrents sérieux aux combinés d'Apple et de Google.

Microsoft a annoncé mercredi qu'il avait annulé le lancement, prévu cet automne, des combinés "Kin" en Europe.

Cette décision met en exergue les défis que doit relever le groupe. Si ses logiciels sont utilisés sur une grande majorité des ordinateurs dans le monde, il lui faut désormais s'adapter à l'engouement des consommateurs pour les appareils nomades connectés à internet, comme les smartphones.

Microsoft a annoncé fin mai la réorganisation de sa division téléphonie mobile et jeux vidéo avec le départ de son directeur, Robbie Bach, remplacé par deux dirigeants qui seront sous la responsabilité directe de Steve Ballmer, directeur général du groupe.

Le géant des logiciels a précisé que l'équipe travaillant sur les Kin rejoindrait celle se consacrant au prochain système d'exploitation Windows Phone 7.

Les combinés Kin, commercialisés aux Etats-Unis depuis mai avec Verizon Wireless, auront été la première tentative de Microsoft de créer ses propres combinés. Le Kin One et le Kin Two, fabriqués par Sharp, étaient avant tout destinés aux jeunes consommateurs utilisateurs de réseaux communautaires sur internet et reprenaient les fonctions du baladeur numérique Zune de Microsoft.

"Nous continuerons à travailler avec Verizon aux Etats-Unis pour vendre les téléphones Kin existants", a déclaré Microsoft dans un communiqué.

Certains analystes ont cependant relevé que les Kin n'étaient pas dotés de fonctions très attendues sur un smartphone, comme la possibilité d'installer des applications logicielles.   Suite...

 
<p>Microsoft tire un trait sur sa nouvelle g&eacute;n&eacute;ration de smartphones, les "Kin" pr&eacute;sent&eacute;s il y a moins de trois mois lors de leur commercialisation aux Etats-Unis comme des concurrents s&eacute;rieux aux combin&eacute;s d'Apple et de Google. /Photo prise le 12 avril 2010/REUTERS/Robert Galbraith</p>