Internet, méprisé hier, est devenu incontournable pour le luxe

mercredi 16 juin 2010 12h09
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Les insolents taux de croissance des ventes de luxe sur internet pourraient avoir raison des résistances d'un secteur qui opère une mue lente mais réelle envers un canal de distribution longtemps méprisé.

Les grandes marques de luxe ont été longtemps rétives vis-à-vis d'internet, synonyme selon elles de commerce de masse nuisant à leur image et propice à la vente de produits contrefaits.

Mais les ventes en ligne ont bien résisté à la crise et nombre d'acteurs du luxe veulent aujourd'hui combler leur retard.

"La crise a entraîné un mode de consommation plus discret qui a directement profité au commerce en ligne", commente Uché Okonkwo, directeur au cabinet de conseil Luxe Corp et auteur du livre "Luxury Online". "Aux Etats-Unis, c'est frappant. Les ventes en ligne ont doublé en 2009 dans le luxe, la mode et les accessoires", ajoute-t-elle.

La part du commerce en ligne dans les ventes mondiales de produits de luxe reste encore faible - elle est estimée à moins de 3% en 2009 - mais elle est en très forte croissance.

Elle devrait atteindre 4% cette année et près de 5% en 2011, selon les estimations du cabinet Precepta.

Les ventes de luxe sur internet ont soldé une année de crise sur une hausse de 20%, selon le cabinet de conseil Bain & Co, alors que le secteur a subi, en 2009, la plus forte contraction de son histoire avec des ventes en baisse de 8%.

INTERNET, OUTIL DE COMMUNICATION   Suite...

 
<p>Les insolents taux de croissance des ventes de luxe sur internet pourraient avoir raison des r&eacute;sistances d'un secteur qui op&egrave;re une mue lente mais r&eacute;elle envers un canal de distribution longtemps m&eacute;pris&eacute;. Les grandes marques de luxe ont &eacute;t&eacute; longtemps r&eacute;tives vis-&agrave;-vis d'internet, mais les ventes en ligne ont bien r&eacute;sist&eacute; &agrave; la crise et nombre d'acteurs du luxe veulent aujourd'hui combler leur retard. /Photo d'archives/REUTERS/Bobby Yip</p>