Autorisé à lancer un "quadruple play", Orange sera surveillé

lundi 14 juin 2010 18h11
 

PARIS (Reuters) - L'Autorité de la concurrence fait savoir que l'utilisation croisée de bases de clientèle entre fixe et mobile est possible pour tous les opérateurs français, y compris l'opérateur historique Orange, qui obtient ainsi une victoire réglementaire.

France Télécom s'est félicité de cet avis et a déclaré qu'il comptait lancer cet été une gamme d'offres "quadruple play" alliant fixe et mobile.

"Des handicaps qui sont liés à la gestion de la clientèle sont en partie levés. (...) On avait trois ou quatre bases de clientèle chez France Télécom: le fixe, le mobile, l'internet, la fibre (...). Aujourd'hui on peut espérer avoir un client groupe", a déclaré à Reuters Nicolas Laederich, le directeur juridique et concurrence d'Orange.

L'opérateur avait beaucoup critiqué ces dernières semaines les contraintes réglementaires qui pèsent sur lui en France du fait de sa position d'ancien opérateur historique, et souhaitait surtout pouvoir pratiquer comme ses concurrents du marketing croisé entre sa base d'abonnés au fixe et sa liste de clients mobile.

"L'utilisation croisée de bases de clientèle est possible, y compris de la part d'Orange", déclare l'Autorité de la concurrence, dans un communiqué.

"La mise sur le marché d'offres de convergence par Orange présente des risques pour la concurrence (...) elle mérite une attention au cas par cas", ajoute-t-elle toutefois en référence à des offres "quadruple play" - téléphonie fixe, mobile, internet et télévision.

L'Autorité estime qu'une éventuelle généralisation des offres "quadruple play" pourrait avoir des conséquences néfastes pour les consommateurs, mais également créer une distorsion concurrentielle en faveur des opérateurs mobiles existants.

L'ACCORD 3G DE FREE EN LIGNE DE MIRE

L'avis de l'Autorité intervient à l'heure où le quatrième opérateur mobile, Free Mobile (Iliad), négocie un accord d'itinérance avec ses concurrents pour pouvoir commercialiser ses premières offres en 2012, avant d'avoir déployé son propre réseau sur l'ensemble du territoire.   Suite...

 
<p>L'Autorit&eacute; de la concurrence a fait savoir que l'utilisation crois&eacute;e de bases de client&egrave;le &eacute;tait possible pour tous les op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais. L'Autorit&eacute; a toutefois ajout&eacute; que la commercialisation d'une &eacute;ventuelle offre "quadruple play" - t&eacute;l&eacute;phonie fixe, mobile, internet et t&eacute;l&eacute;vision - par France T&eacute;l&eacute;com pr&eacute;senterait des risques pour la concurrence. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>