Orange doute de l'idée de "stricte exclusivité" des contenus

jeudi 10 juin 2010 17h31
 

PARIS (Reuters) - Orange doute de l'avenir de la "stricte exclusivité" en matière de contenus et compte miser davantage sur des partenariats ouverts pour continuer à se développer sur ce segment, au moment où l'opérateur s'interroge sur la commercialisation de ses chaînes de télévision payante.

La stratégie du groupe dans les contenus pose un problème de modèle économique, a estimé Stéphane Richard, le directeur général du groupe, lors d'un colloque sur les médias organisé par l'institut NPA Conseil et Le Figaro.

"Pour nous, produire nous-même des contenus ça ne se justifie que si on est capable de les distribuer en exclusivité à nos clients (...) et on voit bien que ce modèle de l'exclusivité aujourd'hui est très fortement remis en cause", a-t-il déclaré.

Stéphane Richard affirmait déjà, en janvier dernier, avant de prendre la direction générale, que France Télécom devait s'interroger sur sa politique en matière de contenus, qui avait été au coeur de la stratégie de l'ancien P-DG Didier Lombard.

"Si on ne peut plus distribuer en exclusivité à nos clients (...) les contenus que nous produisons, ça perd quand même beaucoup de sa justification", a ajouté Stéphane Richard.

Interrogé en marge de ce colloque sur une réduction éventuelle de l'enveloppe d'investissements que France Télécom consacre à son activité de contenus, le directeur général a répondu : "Non, je n'ai pas dit ça".

"On peut mettre beaucoup plus d'argent dans des partenariats qu'en créant nous-mêmes des contenus, ce n'est pas une question de moyens", a-t-il ajouté.

Xavier Couture, responsable des contenus chez Orange, a quant à lui déclaré ne pas croire en l'avenir de la stricte exclusivité.

Il a précisé à Reuters que le groupe privilégiait la recherche d'"un ou plusieurs partenaires" dans son activité d'édition de chaînes et préciserait sa stratégie dans les contenus début juillet. "Le 5 ou le 6 juillet, les choses seront clarifiées", a-t-il dit.   Suite...

 
<p>Orange doute de l'avenir de la "stricte exclusivit&eacute;" en mati&egrave;re de contenus et compte miser davantage sur des partenariats ouverts pour continuer &agrave; se d&eacute;velopper sur ce segment, au moment o&ugrave; l'op&eacute;rateur s'interroge sur la commercialisation de ses cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;vision payante. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse</p>