La baisse de prix d'Orange ne devrait pas être la dernière

jeudi 3 juin 2010 13h40
 

PARIS (Reuters) - La baisse des prix annoncée par France Télécom dans le fixe et l'internet haut débit se traduira par une perte limitée de chiffre d'affaires et devrait permettre à l'opérateur de redresser sa dynamique de conquête d'abonnés après un début d'année faible, estiment des analystes.

De nouvelles baisses de prix ne sont pas à exclure, ajoutent certains d'entre eux, estimant que l'intensification de la concurrence dans le secteur devrait, à terme, contraindre l'opérateur historique à s'aligner sur le niveau de prix de ses concurrents, légèrement sous le seuil des 30 euros.

France Télécom va fixer dès le 10 juin le prix de base de son offre "triple play" - téléphone, internet, télévision, sans abonnement à une ligne fixe - à 34,90 euros, intégrant une baisse de cinq euros et une heure de communication vers les téléphones mobiles.

Ses concurrents SFR et Iliad sont alignés légèrement sous le seuil de 30 euros, qui s'est imposé dans le secteur en France depuis environ sept ans, tandis que Bouygues Telecom a lancé il y a un an Ideo, le premier "quadruple play" en France, qui inclut également le mobile, à environ 45 euros.

"Les opérateurs historiques misent généralement sur l'idée qu'une marque et une qualité de service supérieures, ainsi que l'inertie des consommateurs, justifient un (prix) premium", écrit Credit Suisse dans une note publiée jeudi.

"Dans un marché concurrentiel où tous les produits sont standardisés, il nous semble que ça devient plus difficile."

La baisse de prix annoncée par France Télécom devrait se refléter négativement dans ses ventes pour quelques dizaines de millions d'euros en 2011, estime un analyste basé à Paris.

Un autre analyste valorise entre 200 et 400 millions d'euros sur trois ans l'impact négatif à attendre de cette baisse de prix et d'une nouvelle réduction éventuelle à 30 euros.

Mais le manque à gagner sera vraisemblablement compensé par le redressement de la part de marché et la réduction du désabonnement, ajoutent ces experts.   Suite...

 
<p>La baisse des prix annonc&eacute;e par France T&eacute;l&eacute;com dans le fixe et l'internet haut d&eacute;bit se traduira par une perte limit&eacute;e de chiffre d'affaires et devrait permettre &agrave; l'op&eacute;rateur de redresser sa dynamique de conqu&ecirc;te d'abonn&eacute;s apr&egrave;s un d&eacute;but d'ann&eacute;e faible, selon des analystes. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>