Du sport et du porno pour vendre la télé 3D en France

lundi 31 mai 2010 15h15
 

par Marie Mawad et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le sport et la pornographie seront les principaux moteurs d'adoption de la télévision 3D en France mais le déploiement en masse de cette technologie ne se fera que si le confort visuel s'améliore, si le prix baisse et si certains problèmes techniques sont résolus.

Des téléviseurs 3D sont disponibles depuis le mois de mai et, bien que le parc installé ne compte encore que quelques centaines d'unités, les fabricants parient sur un décollage rapide des ventes tiré par le lancement de nouveaux programmes.

Depuis que le film "Avatar" de James Cameron a donné le coup d'envoi de la 3D au cinéma, des producteurs et distributeurs de contenus du petit écran espèrent profiter du "buzz" et font le pari que les effets de relief et d'immersion propres à cette technologie ne laisseront pas le spectateur indifférent.

"Les gens ont tendu les bras pour attraper les bonbons de la pub Haribo (en 3D). Quand des seins sortent de l'écran, c'est pareil, les gens tendent les mains pour toucher", raconte Philippe Gérard, cofondateur de 3Dlized, qui travaille avec la société Marc Dorcel sur une offre en 3D pour cet été.

Les spécialistes imaginent volontiers du sport - du football au rugby, en passant par la boxe -, du contenu pour adultes, différents spectacles (opéra, ballet ou cirque), ainsi que des films en 3D. Mais ils jugent que certaines images, celles du journal télévisé par exemple, ne s'y prêteraient pas.

"La 3D, contrairement à la HD (haute définition), ce n'est pas la transformation de la télévision à court terme. On ne va pas dire aux Français 'Demain vous êtes 3D ou vous n'avez pas de TV'", explique à Reuters Gilles Maugars, directeur adjoint des technologies chez TF1.

Le cabinet d'études Gfk table sur 200.000 téléviseurs vendus en France en 2010 et estime qu'environ 1.000 unités ont été écoulées en mai. Des constructeurs et distributeurs de contenus sont plus optimistes, visant jusqu'à 500.000 unités cette année.

En France, il faut compter au moins 1.300 euros pour un téléviseur 3D grand écran, et une centaine d'euros pour une paire de lunettes supplémentaire, le port de celles-ci étant pour l'instant nécessaire pour chaque spectateur.   Suite...

 
<p>Le sport et la pornographie seront les principaux moteurs d'adoption de la t&eacute;l&eacute;vision 3D en France mais le d&eacute;ploiement en masse de cette technologie ne se fera que si le confort visuel s'am&eacute;liore, si le prix baisse et si certains probl&egrave;mes techniques sont r&eacute;solus. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao</p>