Dassault Systèmes veut doubler son CA en 5 ans

lundi 17 mai 2010 18h33
 

par Cyril Altmeyer et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - Dassault Systèmes est confiant dans sa capacité à doubler son chiffre d'affaires d'ici cinq ans sans avoir besoin d'acquisition pour y parvenir, déclare Bernard Charlès, directeur général du groupe.

L'éditeur de logiciels de conception et fabrication assistée par ordinateur s'attend, sur la période, à une croissance des ventes de son logiciel collaboratif Enovi supérieure à celle du groupe, a-t-il précisé lors d'un sommet sur la technologie et les télécoms organisé par Reuters.

"Nous partons du principe que nous pouvons doubler la taille de notre chiffre d'affaires au cours des cinq prochaines années. Ce sera la moyenne pour le groupe, Enovia sera au-dessus de cela", a expliqué Bernard Charlès, y voyant le principal moteur de croissance du groupe sur la période.

Enovia, plate-forme en ligne qui permet à des collaborateurs éloignés géographiquement de travailler sur une seule et même version d'un projet, a vu son chiffre d'affaires bondir de 29% au premier trimestre.

Le développement du Saas ("Software as a service") - basé sur un abonnement à un logiciel en ligne plutôt qu'un achat pur et simple - devrait stimuler le chiffre d'affaires du groupe à partir de 2011, a ajouté Bernard Charlès.

AÉRONAUTIQUE DANS LES ÉMERGENTS

Bernard Charlès a souligné que le groupe misait sur les marchés à forte croissance comme la Chine, l'Inde et le Brésil, en particulier dans le secteur aéronautique, même si l'Europe résiste bien étant donné le besoin "crucial" des entreprises de rebâtir leur portefeuille d'activités pour l'avenir.

"Même dans les secteurs les plus tendus, comme l'automobile (...), ce qu'ils vendront d'ici trois ou quatre ans sera très différent de ce qu'ils vendaient il y a deux ans", a-t-il observé.   Suite...

 
<p>Bernard Charles, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Dassault Syst&egrave;mes, affiche sa confiance dans la capacit&eacute; de son groupe &agrave; doubler de chiffre d'affaires d'ici cinq ans sans avoir besoin d'acquisition. /Photo prise le 17 mai 2010/REUTERS/John Schults</p>