Microsoft s'attend à une accélération de la consolidation

vendredi 14 mai 2010 17h08
 

NEW YORK (Reuters) - Il faut s'attendre à de nouvelles opérations de fusions-acquisitions maintenant que le secteur des hautes technologies sort de la récession, a déclaré vendredi à Reuters le directeur financier de Microsoft, tout en précisant que son groupe ne prévoyait aucune opération de grande ampleur à brève échéance.

Si, pendant la crise, les cibles potentielles avaient l'impression que les acheteurs n'étaient pas disposés à payer des primes d'acquisition suffisantes, cet état d'esprit commence à changer, a expliqué Peter Klein lors du Sommet mondial sur le secteur technologique organisé par Reuters à New York.

"Le marché boursier a nettement rebondi, donc on a l'impression d'être revenu à l'équilibre", a-t-il ajouté.

Microsoft, qui dispose de 39,7 milliards de dollars de trésorerie et investissements à court terme, conclut chaque année plusieurs dizaines d'acquisitions de petite taille, dont le montant unitaire est généralement inférieur à 250 millions de dollars.

Mais Peter Klein, qui a pris ses fonctions en novembre dernier, a jugé peu probable que le groupe se lance dans une "méga-acquisition" deux ans après l'échec de sa tentative de rachat de Yahoo pour 47,5 milliards de dollars.

"C'est très difficile à faire", a-t-il dit.

Le nombre des fusions-acquisitions dans le secteur est reparti à la hausse ces dernières semaines avec, entre autres, l'annonce du rachat de Palm par Hewlett-Packard et celle de l'acquisition de Sybase par SAP pour 5,8 milliards de dollars.

Microsoft n'a pas l'intention de présenter une contre-offre sur Sybase, a précisé Peter Klein, et n'envisage pas non plus d'acquérir SAP, premier éditeur mondial de logiciels d'entreprise, une éventualité qu'il avait étudiée il y a quelques années.

Bill Rigby, avec la contribution de Jim Finkle, Marc Angrand pour le service français, édité par Gilles Guillaume

 
<p>Selon le directeur financier de Microsoft, les fusions-acquisitions vont reprendre dans le secteur. Il a toutefois pr&eacute;cis&eacute; que son groupe n'envisageait pas dans l'imm&eacute;diat de telle op&eacute;ration de grande ampleur. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking</p>