La Suisse dit non à la fusion entre Orange et Sunrise

jeudi 22 avril 2010 17h37
 

par Leila Abboud et John Acher

PARIS (Reuters) - La Commission de la concurrence (COMCO) suisse annonce qu'elle interdit la fusion entre Orange Communications, filiale suisse de France Télécom SA, et Sunrise Communications, le deuxième opérateur mobile suisse qui est filiale du danois TDC.

La société issue de la fusion aurait créé, conjointement avec Swisscom, une position dominante collective sur le marché de la téléphonie mobile, a souligné la COMCO.

La Commission évoque aussi un risque que la nouvelle entité, tout comme l'opérateur dominant Swisscom, maintienne des tarifs élevés.

Cette décision est un revers pour Orange et pour TDC, qui voulaient regrouper leurs forces pour s'attaquer de front à Swisscom.

L'opérateur français étudie la possibilité de faire appel de cette décision et pour l'instant aucune possibilité immédiate de négociation avec le régulateur suisse ne parait envisageable, a déclaré jeudi Olaf Swantee, son directeur exécutif Europe, dans une interview à Reuters.

Le revers juridique en Suisse ne remet pas en cause la politique de consolidation de France Télécom dans les pays matures, a-t-il ajouté.

France Télécom a adopté en 2009 une politique qui consiste à racheter des homologues plus petits sur les marchés où il est déjà présent pour mieux affronter la concurrence et réduire les coûts.

FAIBLE IMPACT SUR FRANCE TÉLÉCOM   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de la Commission de la concurrence suisse (COMCO) Walter Stoffel, en conf&eacute;rence de presse &agrave; Berne. Le r&eacute;gulateur suisse a interdit jeudi la fusion entre Orange Communications, filiale suisse de France T&eacute;l&eacute;com SA, et Sunrise Communications, le deuxi&egrave;me op&eacute;rateur mobile suisse qui est une filiale du danois TDC. /Photo prise le 22 avril 2010/REUTERS/Michael Buholzer</p>