France Télécom pourrait faire appel de la décision sur Sunrise

jeudi 22 avril 2010 16h32
 

PARIS (Reuters) - France Télécom ne voit pas d'opportunité immédiate de négociation avec le régulateur suisse et étudie la possibilité de faire appel après s'être vu interdire de racheter l'opérateur Sunrise, a déclaré jeudi Olaf Swantee, son directeur exécutif Europe.

L'opérateur télécoms français maintient sa politique de consolidation "intra-marchés" dans les pays matures en dépit de l'interdiction par la Commission de la concurrence de fusionner avec le suisse Sunrise, a-t-il ajouté dans un entretien téléphonique accordé à Reuters.

"Nous avons eu un long processus avec l'autorité de concurrence. (...) Ils ont pris une décision finale, il n'y a donc pas d'opportunité immédiate de s'asseoir avec eux et de négocier. Cette période là est terminée", a déclaré Olaf Swantee.

"Notre politique de fusions et acquisitions ne va pas changer à cause d'une décision du régulateur en Suisse", a-t-il ajouté, précisant toutefois que le groupe donnait la priorité à l'exécution des acquisitions déjà lancées, au Royaume-Uni notamment, et n'avait pas de nouveau projet en Europe dans l'immédiat.

La Commission de la concurrence (COMCO) suisse a annoncé jeudi qu'elle interdisait la fusion entre Orange Communications, filiale suisse de France Télécom, et Sunrise Communications, le deuxième opérateur mobile suisse, filiale du danois TDC.

La société issue de la fusion aurait créé, conjointement avec Swisscom, une position dominante collective sur le marché de la téléphonie mobile, a souligné la COMCO.

France Télécom a adopté en 2009 une politique qui consiste à racheter des homologues plus petits sur les marchés où il est déjà présent pour mieux affronter la concurrence et réduire les coûts.

Marie Mawad et Leila Abboud, édité par Matthias Blamont

 
<p>Le directeur ex&eacute;cutif Europe de France T&eacute;l&eacute;com, Olaf Swantee, a d&eacute;clar&eacute; ne pas voir d'opportunit&eacute; imm&eacute;diate de n&eacute;gociation avec le r&eacute;gulateur suisse et dit &eacute;tudier la possibilit&eacute; de faire appel apr&egrave;s s'&ecirc;tre vu interdire de racheter l'op&eacute;rateur Sunrise. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann</p>