Facebook veut resserrer les liens entre sa plate-forme et le web

jeudi 22 avril 2010 12h49
 

par Gabriel Madway

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le réseau social Facebook a développé de nouvelles applications resserrant les liens entre les sites et sa plate-forme, appelée à devenir le point d'ancrage de la navigation sur internet des 400 millions de membres qu'il revendique.

Avec "open graph", Facebook sera capable d'afficher des contenus sélectionnés en fonction des centres d'intérêt de ses utilisateurs et ce, où qu'ils soient sur internet, a expliqué le PDG et fondateur du site, Mark Zuckerberg, lors d'une conférence à San Francisco mercredi.

L'idée, a-t-il expliqué, est de faire de Facebook le centre névralgique d'une navigation sur internet plus personnalisée et tournée vers des réseaux sociaux. Facebook veut également faciliter pour les autres sites le partage d'informations parmi ses plus de 400 millions de membres.

Les utilisateurs de Facebook pourront cliquer sur le bouton "j'aime" pour des contenus présentés sur des sites comme ceux de CNN (Time Warner) et de ESPN (Walt Disney) et cette information sera publiée dans la foulée sur leur profil Facebook.

En retour, ces sites pourront afficher des contenus issus du réseau du membre Facebook. Par exemple, une fenêtre d'une page CNN.com pourrait afficher que trois amis "aiment" cet article.

Facebook a également conclu des partenariats avec les sites Yelp, où les internautes publient des critiques, et Pandora, un site d'aide à la découverte de musiques, pour permettre un plus large partage des goûts des utilisateurs.

De plus, Facebook et Microsoft, qui est au capital du réseau social, ont lancé une application de création et de partage de documents, basée sur Office 2010, à laquelle on accède par Facebook ou un autre site.

FORTE CROISSANCE   Suite...

 
<p>Le r&eacute;seau social Facebook a d&eacute;velopp&eacute; de nouvelles applications resserrant les liens entre les sites et sa plate-forme, appel&eacute;e &agrave; devenir le point d'ancrage de la navigation sur internet des 400 millions de membres qu'il revendique. /Photo prise le 21 avril 2010/REUTERS/Thierry Roge</p>