April 13, 2010 / 5:37 PM / 7 years ago

Mobinil table sur un accord entre France Télécom et Orascom

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Selon son pr&eacute;sident Alex Shalaby, l'op&eacute;rateur mobile &eacute;gyptien Mobinil s'attend &agrave; ce que ses deux principaux actionnaires annoncent d'ici un mois le r&egrave;glement de leur long contentieux. Il a pr&eacute;cis&eacute; que le pr&eacute;sident ex&eacute;cutif d'Orascom Telecom Naguib Sawiris avait rencontr&eacute; le directeur g&eacute;n&eacute;ral de France T&eacute;l&eacute;com St&eacute;phane Richard &agrave; Paris fin mars et que les discussions se poursuivaient entre eux. /Photo d'archives/Eric Gaillard</p>

LE CAIRE (Reuters) - L'opérateur mobile égyptien Mobinil pense que ses deux principaux actionnaires annonceront d'ici un mois le règlement de leur long contentieux, a déclaré à Reuters son président Alex Shalaby.

Ce dernier a précisé que le président exécutif d'Orascom Telecom Naguib Sawiris avait rencontré le directeur général de France Télécom Stéphane Richard à Paris fin mars et que les discussions se poursuivaient entre eux.

Prié de dire quand un accord pourrait être trouvé, il a répondu: "C'est l'affaire de deux semaines, un mois au maximum; je sais qu'il y a des discussions intensives."

Un tribunal égyptien a validé samedi un jugement empêchant France Télécom de prendre le contrôle total de Mobinil, ce qui, selon Alex Shalaby, a permis de rouvrir les discussions.

Mobinil, actionnaire à 51% du premier opérateur mobile égyptien ECMS, est au centre d'un conflit entre France Télécom et Orascom Telecom dirigé par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris.

La cour d'arbitrage de la chambre de commerce internationale avait condamné en mars 2009 Orascom Telecom à vendre à France Télécom sa participation dans la holding Mobinil pour l'équivalent de 530 millions d'euros, afin de clore un différend entre deux partenaires qui dure depuis 2007.

Cette décision, une fois appliquée, devrait permettre au groupe français de détenir 100% de la holding Mobinil, laquelle détient 51% de l'opérateur mobile ECMS (Egyptian Company for Mobile Services), coté à la Bourse du Caire.

France Télécom a formulé l'an passé trois premières offres - toutes rejetées par l'autorité des marchés égyptiens - sur les minoritaires d'ECMS, constitués d'une participation directe de 20% d'Orascom et d'un flottant de 29%.

Les deux groupes, qui avaient un signé leur partenariat dans la holding en août 2001, étaient en désaccord sur la stratégie, notamment en termes de marketing et de développement des services de téléphonie mobile de troisième génération (3G).

Après les trois premières offres de France Télécom, qui étaient de 187, 237 et 230 livres égyptiennes, le régulateur a approuvé le 10 décembre une quatrième offre de 245 livres.

Orascom a fait appel et les tribunaux ont bloqué la cession le 13 janvier, la veille de son officialisation. C'est ce jugement qui a été validé samedi dernier.

Alex Shalaby pense que la structure managériale de la firme risque de changer en conséquence des discussions en cours mais tout règlement conserverait les deux entreprises comme actionnaires de poids.

Un tel règlement permettrait en outre de lancer la vente du FAI LINKdotNET d'Orascom à Mobinil, ajoute-t-il.

Alastair Sharp, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below