L'iPad ouvre un nouveau champ des possibles pour les jeux vidéos

dimanche 11 avril 2010 10h23
 

par John Gaudiosi

RALEIGH, Caroline du Nord (Reuters) - Une semaine à peine après l'arrivée sur le marché de l'iPad, la tablette numérique d'Apple, plus de 830 jeux vidéo sont développés pour ce grand écran, tactile et à haute définition, qui pourrait bouleverser le secteur.

Ce nombre n'inclut pas les 25.000 applications et jeux déjà disponibles pour l'iPod et l'iPhone, qui fonctionneront sur l'iPad, dernier pari d'Apple à mi-chemin entre un smartphone et un ordinateur portable. Mais il témoigne d'une volonté de satisfaire le nombre toujours croissant de joueurs.

"L'iPad est la quatrième étape dans l'évolution du jeu", estime Gonzague de Vallois, vice-président Edition de Gameloft.

"La première a été le micro-ordinateur, la deuxième a été la console de jeu et la troisième, les smartphones. A sa façon, chacune de ces plateformes a révolutionné le jeu."

En une semaine, Apple a déjà écoulé plus de 500.000 exemplaires de sa tablette numérique, d'abord mise en vente aux Etats-Unis. Pour Katy Humberty, analyste chez Morgan Stanley, il pourrait s'en vendre huit à dix millions dès cette année.

"Est-il possible de vendre cinq millions d'iPad dès la première année sans jeux ni applications ? Sans doute", juge Kevin A. Wood, vice-président et analyste chez Infogroup/ORC.

"Toutefois, la capacité d'Apple à redéfinir cet espace de l'univers informatique dépendra de sa capacité à susciter l'enthousiasme. Les applications et les jeux ont redéfini la nature du smartphone et ce pour quoi il pouvait être utilisé, et nous pensons qu'il en sera de même pour l'iPad", dit-il.

NOUVELLES FONCTIONNALITÉS   Suite...

 
<p>Une semaine &agrave; peine apr&egrave;s l'arriv&eacute;e sur le march&eacute; de l'iPad, la tablette num&eacute;rique d'Apple, plus de 830 jeux vid&eacute;o sont d&eacute;velopp&eacute;s pour ce grand &eacute;cran, tactile et &agrave; haute d&eacute;finition, qui pourrait bouleverser le secteur. /Photo prise le 3 avril 2010/REUTERS/Robert Galbraith</p>