La norme LTE revient hanter le WiMax pour les réseaux mobiles 4G

mercredi 31 mars 2010 19h11
 

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Alors que la technologie mobile haut-débit WiMax retrouve tout juste des couleurs après la bataille perdue contre le format rival Long Term Evolution (LTE), une nouvelle version du LTE vient la concurrencer sur son nouveau créneau.

En 2008 et 2009 les opérateurs mobiles ont choisi l'un après l'autre le LTE plutôt que le WiMax, davantage destiné à l'échange de données, pour leur réseau mobile de quatrième génération.

Mais ces derniers trimestres, le WiMax avait réussi à s'imposer comme technologie sans fil d'appoint pour permettre de supporter un volume de données échangées de plus en plus important sur les marchés matures, et comme solution pour les opérateurs alternatifs sur les marchés émergents.

C'est le successeur à long terme au Wi-Fi - le standard de l'informatique sans fil - mais il est menacé par le TD-LTE, une nouvelle version de la norme LTE qui mélange des fonctionnalités du LTE et du WiMax.

Ce mois-ci, l'opérateur russe Svyazinvest a choisi le TD-LTE plutôt que le WiMax pour son haut débit mobile et Qualcomm a annoncé qu'il participera à un appel d'offres en Inde pour une bande de fréquences sur le TD-LTE.

De plus, le premier opérateur mobile au monde en terme d'abonnés, China Mobile, utilisera lui aussi le TD-LTE pour sa nouvelle génération de réseaux.

Et, cerise sur le gâteau, deux des principaux opérateurs WiMax, l'américain Clearwire et le russe Yota, ont déclaré cette semaine qu'ils pourraient utiliser le LTE à l'avenir.

"Les opérateurs WiMax savent que la bataille est perdue d'avance. S'ils veulent être compétitifs, ils doivent s'acheminer vers le TD-LTE", a déclaré Paolo Pescatore, analyste chez CCS Insight.   Suite...

 
<p>Alors que la technologie mobile haut-d&eacute;bit WiMax retrouve tout juste des couleurs apr&egrave;s la bataille perdue contre le format rival Long Term Evolution (LTE), une nouvelle version du LTE vient la concurrencer sur son nouveau cr&eacute;neau. /Photo d'archives/REUTERS/Pichi Chuang</p>