Vers une arrivée massive sur le marché de stations 3G femtocell

mercredi 31 mars 2010 15h05
 

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Les boîtiers utilisant la technologie femtocell, qui permet d'augmenter la réception d'un réseau de téléphonie mobile à l'intérieur d'un bâtiment, sont sur le point de devenir des produits de grande consommation grâce à une baisse des prix, déclare le fabricant Ubiquisys.

Une femtocell est une petite station qui se connecte au réseau 3G de téléphonie mobile, permettant aux opérateurs d'améliorer leur couverture à l'intérieur des bâtiments à un prix considérablement moins élevé que s'ils devaient multiplier les antennes relais à l'extérieur. Les opérateurs pourraient même proposer ces boîtiers gratuitement.

Les boîtiers femtocell pourraient également en partie résoudre le problème de saturation qui menace les réseaux mobiles.

Le marché émergent des femtocell était jusqu'à présent confidentiel, principalement en raison du coût élevé de la technologie. Mais il commence à intéresser de grands groupes comme Cisco et Samsung Electronics.

Ubiquisys, dont Google est actionnaire, a déclaré mardi que son nouveau boitier G3-mini serait vendu moins de 100 dollars (75 euros) aux opérateurs. La société dit avoir reçu une première commande de 100.000 G3-mini, fabriqués par SerComm.

Le cabinet d'étude Infonetics prévoit que le marché des femtocell atteigne 49 millions de dollars (36 millions d'euros) en 2010, avec 463.000 boîtiers vendus.

MARCHÉ D'UN MILLIARD DE DOLLARS

Plusieurs spécialistes s'attendent à ce que ce marché connaisse une forte croissance dans les années à venir, grâce à la baisse des prix, et atteigne un milliard de dollars (743 millions d'euros) d'ici deux à trois ans. Les premières femtocell étaient vendues jusqu'à 250 dollars par les opérateurs.   Suite...

 
<p>Un bo&icirc;tier femtocell con&ccedil;u par Alcatel-Lucent. Selon le fabricant Ubiquisys, ces bo&icirc;tiers qui permettent d'augmenter la r&eacute;ception d'un r&eacute;seau de t&eacute;l&eacute;phonie mobile &agrave; l'int&eacute;rieur d'un b&acirc;timent, sont sur le point de devenir des produits de grande consommation gr&acirc;ce &agrave; une baisse des prix. /Photo d'archives/REUTERS/Steve Marcus</p>